Message d'erreur

Notice : Undefined variable: empty dans include() (ligne 1 dans /var/www/html/sites/all/themes/ufc_news/templates/views-view.tpl.php).
Deux hommes de dos devant un chantier de fouilles en extérieur.
Valentin Chevassu
Auteur 
Catherine Tondu

Traces de poix dans le Jura

Des fouilles archéologiques et des analyses scientifiques révèlent l'existence d'un four à poix au lieu-dit La Beuffarde, dans le massif du Jura. Une vraie surprise pour les chercheurs, et un élément de connaissance nouveau sur l'activité économique passée de la région.

Terre discrète, la haute chaîne du Jura n’a pas encore livré tous les secrets de son histoire. Depuis quelques années cependant, les nouvelles technologies aident les chercheurs à percer ses mystères. Dans la région des Fourgs (25), à plus de mille mètres d’altitude, des analyses palynologiques ont révélé des occupations et activités humaines anciennes, confirmées par des relevés LIDAR, dont les indiscrétions gagnent le sol malgré la couverture forestière. L’implacable rayon laser a notamment mis au jour des voies de communication antiques et des structures anciennes d’extraction du minerai de fer.

Dans ce contexte d’amélioration des connaissances, la découverte inopinée des vestiges d’un four dans les années 1990 sur le même secteur, au lieu-dit La Beuffarde, vient de faire l’objet d’investigations scientifiques afin de préciser la fonction et l’ancienneté de l’installation. Les hypothèses de départ penchaient en faveur d’un fourneau de réduction du minerai de fer, en toute cohérence avec une activité connue sur le territoire, ou d’un four à chaux, dont il existe de nombreuses traces dans la région. « Or le sondage opéré n’a révélé aucun des résidus obligatoirement liés à l’une ou à l’autre de ces exploitations », raconte Valentin Chevassu, doctorant en archéologie au laboratoire Chrono-environnement.

C’est avec une grande surprise que le jeune chercheur et son équipe identifient la matière trouvée, « noire, calcinée et très légère, qui au premier coup de pioche a dégagé une forte odeur de térébenthine et de suie », comme issue de la production de poix. Le four de La Beuffarde est le premier spécimen du genre jamais mis au jour dans le Jura ; même si l’industrie de la poix est attestée dans le massif grâce à quelques textes médiévaux, elle reste très mal connue dans ses procédés comme dans son importance sur le territoire.

Four à poix

Une thèse en histoire rédigée en 2011 par Elisabeth Carry Renaud donne cependant des renseignements sur une ressource aujourd’hui complètement tombée en désuétude. Résine issue de l’épicéa et dans une moindre mesure du sapin, la poix était au Moyen Âge « tellement recherchée que les seigneurs et abbayes s’en réservaient l’exclusivité et en faisaient l’objet d’impôts ». Elle était utilisée aussi bien comme colle, amalgame ou joint d’étanchéité que dans la fabrication du feu grégeois ou pour l’éclairage.

Aux Fourgs, village qui leur devrait son nom, les fours à poix se seraient éteints vers 1585 selon les sources historiques. Les investigations menées sur celui de La Beuffarde et notamment sa datation au carbone 14 devraient apporter de nouveaux éléments de connaissance et de compréhension de cette activité dans la région. Cette recherche universitaire reçoit le soutien financier du conseil départemental du Doubs.

Article paru dans le numéro 266 de septembre-octobre du journal en direct.

Contact

Laboratoire Chrono-environnement

Deux hommes sur un chantier de fouilles. Sur une zone circulaire la terre prend une couleur noire.
Tags