efs thérapie innovante
Ludovic Godard - UFC
Auteur 
Marie Réaux

[COVID-19] L'université solidaire à travers la recherche et les dons

L'université de Franche-Comté s'investit pour faire face au coronavirus grâce à ses activités de recherche et à plusieurs dons.

Les chercheurs de l'université mobilisés

Depuis plusieurs semaines, les chercheurs du laboratoire EPILAB* travaillent sur cette grande famille de virus qui provoquent des maladies allant du simple rhume à des maladies plus graves telles que le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV) et le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV).

L'équipe, dirigée par le professeur Georges Herbein, teste sur des cultures cellulaires infectées par le coronavirus, les effets d'une vingtaine de molécules déjà utilisées dans le traitement d'autres pathologies. Les expériences dureront un mois. Si ces travaux sont concluants et sont confirmés par des essais cliniques, le médicament pourra être prescrit pour traiter les patients atteints par le COVID-19. « Peut-être qu'il faudra associer deux ou trois molécules pour obtenir un anti-viral vraiment efficace, comme les trithérapies pour le sida » indique le professeur Georges Herbein.

Par ailleurs, Pierre Tiberghien, enseignant-chercheur au sein de notre université travaille actuellement à l’essai clinique Coviplasm qui consiste à tester l’efficacité de la transfusion de plasma de patients convalescents du Covid-19 dans le traitement de la maladie.  « Le plasma des personnes qui ont guéri du Covid-19 contient des anticorps que leur organisme a développés. Ces anticorps pourraient aider les patients en phase aigüe de la maladie à lutter contre le virus. » précise le Professeur Tiberghien.

Depuis le 07 avril dernier, la collecte du plasma est réalisée par l’Etablissement Français du Sang en Bourgogne Franche-Comté, dans la région Grand Est et en Ile de France auprès de patients guéris depuis au moins 14 jours.   

Pour en savoir plus sur cet essai clinique consultez l’interview du Professeur Pierre Tiberghien.

 

 Plus de 8 000 masques collectés et production de visières protectrices

Pour faire face à la pénurie de matériel médical et venir en aide aux soignants, l’université qui disposait d’une réserve importante de matériel médical liée à ses activités pédagogiques et de recherche a fait don d’une grande quantité de ses équipements.

Plus de 8 000 masques (chirurgicaux, FFP1, FFP2 et FFP3), 11 000 équipements de protection (combinaisons intégrales, blouses, charlottes, lunettes et sur-chaussures), 75 000 paires de gants, 52 litres de solution hydro-alcoolique, et plus de 900 litres de matière première pour fabriquer des solutions hydro-alcooliques, ont été collectés et remis au CHU de Besançon, à l’hôpital Nord Franche-Comté, au centre hospitalier de Vesoul et à plusieurs cliniques et professionnels de santé libéraux de la région. 

L’université de Franche-Comté** s’investit également aux côtés de l’Ecole Nationale Supérieure de Mécanique et des Microtechniques et d’autres partenaires locaux pour produire des visières de protection faciale. L'objectif étant de fournir gratuitement aux personnels des métiers de soins ou d'aides à la personne des visières translucides, réutilisables, légères et désinfectables.  Grâce aux moyens de prototypage rapide par impression 3D et aux technologies de découpage laser, un modèle souple innovant en polypropylène a été développé. Un modèle plus rigide a également été conçu grâce à la création d’un moule d’injection. De la conception du moule à la fabrication de la 1ère pièce, il aura fallu moins de 78h, soit un temps record,  pour finaliser le projet. L’automatisation de la production permet aujourd’hui de produire une pièce toutes les 38 secondes. La capacité actuelle de production est de 1500 pièces par jour.

Épigénétique des infections virales et des maladies inflammatoires (EA4266) 

** l'IUT Besançon-Vesoul, l'Unité de Formation et de Recherche Sciences et Techniques, FEMTO-ST et l'Institut supérieur d'ingénieurs de Franche-Comté