Sculptures de Marcellin Brissoni réalisées à partir de jouets.
Ludovic Godard - UFC
Auteur 
Delphine Gosset

Quand le jouet devient œuvre

Le Gymnase-espace culturel de l'université propose actuellement une exposition qui fait le pari de séduire à la fois le jeune public et les amateurs d'art contemporain.

« Métamorphoses ou que faire de son enfance » valorise aussi bien des œuvres d'artistes locaux que celles d'artistes renommés de nationalités variées. Toutes ont pour élément commun le jouet, un jouet qui se transforme pour dire quelque chose de l'enfance ou de nos sociétés d'adultes.

Photo d'un doudou girafe usée par Mark Nixon
Ludovic Godard - UFC

Le « doudou » a pour l'enfant une dimension sacrée que l'Irlandais Mark Nixon restitue en photographiant des peluches comme s'il s'agissait de personnes. Il utilise pour ce faire toutes les techniques du portrait en studio, depuis les éclairages jusqu'au tirage sur plaque en aluminium qui donne un rendu d'une grande précision. Cette photo illustre bien l'amour quelque peu destructeur porté à cette girafe que son propriétaire a pris le soin de couvrir affectueusement d'un petit tricot.

Installation de l'artiste Charlemagne Palestine avec des peluches installées autour d'un miroir circulaire au centre duquel trône une cloche.
Ludovic Godard - UFC

Cette œuvre de Charlemagne Palestine associe elle aussi le jouet à l'idée de vénération. Dans cette œuvre, l'objet est vu comme un réceptacle des souvenirs du passé. Les peluches sont toutes assemblées autour d'un miroir circulaire parsemé d'inscriptions mystérieuses au centre duquel trône une cloche silencieuse. L'artiste américain, compositeur minimaliste, reconnu depuis les années 1960, s'est inspiré de certaines oeuvres appertenant aux collections du musée des Beaux-Arts de Dole. L'œuvre y a été créée en 1991, à partir de peluches collectées auprès des habitants, l'auteur ayant tenu à ce que les jouets utilisés aient eu une véritable histoire.

Sculptures de Marcellin Brissoni réalisées à partir de jouets avec une barbie à tête de poisson.
Ludovic Godard - UFC

Le Franc-Comtois Marcellin Brissoni collecte et amasse des objets de toutes sortes qu'il découpe pour les recoller ensuite, donnant naissance aux créatures d'une mythologie nouvelle. Ses œuvres rappellent à la fois l'art brut1 et le surréalisme des années 1920, quand des artistes comme André Breton ou Salvador Dali s'intéressaient au subconscient et au rêve.

Une toile sur laquelle est imprimée une photo d'ombres de jouets et de gobelets en plastique. Ouvre de Isabelle Bralet.
Ludovic Godard - UFC

Quand on est enfant, tout paraît plus grand. Isabelle Bralet a travaillé sur cette idée de changement d'échelle avec cette grande toile sur laquelle est imprimée la photo d'ombres de jouets. Elle fait référence à l'allégorie de la caverne de Platon selon laquelle l'homme ne percevrait que les ombres de la réalité.

Deux photos de l'artiste Slinkachu exposées sur un mur. On y voit une fausse île faite d'une balle de tennis avec un palmier et des personnages miniatures.
Ludovic Godard - UFC

Slinkachu utilise des miniatures de modélisme qu'il met en scène dans la rue. Il conserve des photographies de ses œuvres, dans lesquelles l'astucieux jeu d'échelle offre un changement de perspective qui donne une toute autre dimension à l'installation. Son travail pose des questions sur la société d'aujourd'hui, le rapport à l'argent, la consommation ou encore la pollution.

Installation d'Antonin Lagarde, avec un char doré placé sur un billot de bois autour duquel sont alignés des rangs de cartouches.
Ludovic Godard - UFC

Antonin Lagarde, qui a suivi sa formation à l’ISBA, utilise le jouet pour parler de la guerre. Il met en relation un tank miniature plaqué or surélevé sur un billot de bois avec des cartouches dressées alignées au sol comme des rangs de soldats ou les croix d'un cimetière militaire.

Une jeune femme et un groupe d'enfants devant une photo de Brian Mc Carty
Ludovic Godard - UFC

On retrouve la thématique de la guerre dans le projet War Toys que l'américain Brian McCarty a entamé en 2011 et qui relève de l'art thérapie. En compagnie de psychologues, il s'est rendu dans des zones de conflits et des camps de réfugiés pour y rencontrer des enfants et leur demander de dessiner leur vision de la guerre. À partir de ces dessins, il a créé des photos qu'il a réalisées sur les lieux du souvenir de l’enfant. Celle-ci a été prise en Israël en 2012 et utilise le contraste entre le jouet en plastique et les bombes pour mettre en opposition l’horreur de la guerre et l’univers des enfants.

Oeuvre de Hans Hemmert représentant un canon fait de ballons de baudruche multicolore.
Ludovic Godard - UFC

Même contraste et même thématique chez Hans Hemmert, artiste allemand qui travaille à partir de ballons de baudruche. Ce canon bariolé est une œuvre éphémère qu'il est venu installer lui-même au Gymnase-espace culturel. Une autre de ses œuvres y est d'ailleurs exposée : une vidéo dans laquelle il danse dans un énorme ballon à l'image des enfants qui s'immergent dans un monde ludique.

Le 17 janvier, soir du vernissage, deux performances ont été réalisées : l'une à partir de ballons et de poèmes, par Louise Vanardois, et l'autre, sonore, à partir de bruits de jouets et de jeux électroniques, par Pierre Balandier et Christophe Vaubourg.

Des enfants en train de jouer.
Ludovic Godard - UFC

Une partie de l'exposition est dédiée au jeune public. Un jeu inspiré de celui du cadavre exquis permet aux enfants de construire leurs propres œuvres d'art à partir de jouets. Celles-ci sont prises en photo et exposées au fur et à mesure dans la salle et sur les réseaux sociaux.

Université de Franche-Comté
[Expo] Métamorphoses ou que faire de son enfance

Cette exposition a été réalisée par le service Sciences, arts et culture de l'université de Franche-Comté, en partenariat avec la MJC de Palente. Un groupe d'étudiants de la licence professionnelle METI2 – Dorine Arnaud, Antoine Epale, Fanny Michon, Kenza Nouaim et Ophélie Segonne – s'est également impliqué et assure les visites guidées et l'animation pédagogique. Radio campus les a rencontrés lors du vernissage.

Cécile Pollart
  1. Le terme « art brut » désigne l'art produit par des gens qui n'ont ni la formation ni le bagage culturel spécifique des artistes.
  2. Licence professionnelle Métiers de l'information et techniques d'exposition, à l'UFR SLHS.

Contact

Tags 
art

Articles relatifs