Gros plan sur un panneau qui indique la cérémonie
Ludovic Godard - UFC
Auteur 
Delphine Gosset

Un fringuant quinquagénaire

L’IUT de Belfort-Montbéliard fête son cinquantième anniversaire en cette année universitaire 2017-2018. Les festivités, qui vont durer jusqu'au mois d'octobre, ont commencé le 14 septembre par des animations étudiantes doublées d’une cérémonie officielle.

Dans les années 1960, avec l'augmentation du nombre d'étudiants poursuivant leurs études après le baccalauréat, le besoin de nouveaux modèles de formation s'est fait sentir. Les IUT ont été créés par décret le 7 janvier 1966 dans l'optique de former des cadres intermédiaires. Le diplôme universitaire de technologie (DUT), un diplôme professionnalisant qui se prépare en deux ans, était né.

La décision de créer un IUT à Belfort a été prise le 15 septembre 1967 et entérinée par un décret daté du 9 juillet 1968. En novembre de cette même année, 110 étudiants faisaient leur rentrée dans les filières Génie mécanique et productique (GMP) et Génie électronique et informatique industrielle (GEII). Les locaux n'étant pas encore construits, ils étaient accueillis au lycée Follereau. Au cours des années suivantes, plusieurs départements de formation ont vu le jour. En 1990-1991, des travaux réalisés à Montbéliard ont permis à l'IUT d'installer un deuxième site sur le campus des Portes du Jura. Son premier département, Mesures physiques, y a ouvert en 1992.

Photo d'archives avec un groupe de personnalités officielles visitant un site.
archives municipales de Belfort

Visite officielle à Belfort lors de l'inauguration de l'IUT en 1969.

L'IUT de Belfort-Montbéliard compte aujourd'hui dix départements1, le dernier en date, Génie civil et construction durable, ayant été créé en 2008. Il accueille environ 1 700 étudiants, dont beaucoup de bacheliers de la région, sur trois campus répartis sur les deux villes. Deux-cent-cinq personnels (60 personnels administratifs et techniques, 70 enseignants du second-degré et 75 enseignants-chercheurs) œuvrent pour leur réussite. En 50 ans, l'établissement a décerné près de 18 000 diplômes : des DUT mais aussi, depuis 2001, des licences professionnelles.

Bruno Viezzi en train de parler au micro à un pupitre.
Ludovic Godard - UFC

Bruno Viezzi, actuel directeur de l'IUT de Belfort-Montbéliard.

Selon Bruno Viezzi, directeur de l'IUT de Belfort-Montbéliard, l'établissement a toujours rempli son rôle d'ascenseur social en offrant une formation professionnalisante à des étudiants dont plus de 40 % sont boursiers. L’IUT peut se prévaloir d'un taux de réussite en DUT supérieur à la moyenne nationale (88,6 %) et fait régulièrement évoluer ses formations en lien avec les besoins du monde du travail. C'est d'ailleurs la composante de l'université de Franche-Comté qui accueille le plus d'apprentis : 160.

La cérémonie officielle de lancement des évènements anniversaire, le 14 septembre, a réuni sur le site du Techn'hom, à Belfort, de nombreuses personnalités dont l'ancien ministre Jean-Pierre Chevènement qui est, avec André Boulloche, l'un des deux hommes d'État ayant fortement contribué au développement de l'IUT. Les représentants des collectivités locales, des établissements d'enseignement supérieur du Nord-Franche-Comté, mais aussi d'anciens directeurs et étudiants ont évoqué, chacun à leur manière, l'histoire de l'IUT, parfois émaillée d'anecdotes. Étaient également présents dans la salle des représentants du monde socio économique avec lesquels l'IUT collabore pour garantir une bonne insertion professionnelle à ses étudiants.

Jean-Pierre Chevènement et Jacques Bahi
Ludovic Godard - UFC

Au cours de cette soirée, l'avenir de l'IUT a été envisagé avec des objectifs comme le renforcement de l'alternance et de la réussite des étudiants, notamment des bacheliers technologiques, en premier cycle. Mais c'est avant tout le rayonnement du pôle universitaire Nord-Franche-Comté qui a été évoqué. Depuis le rapprochement opéré grâce à un protocole d'accord signé en octobre 2015 entre l'université de Franche-Comté et l'université technologique de Belfort-Montbéliard, les collaborations se renforcent pour faire émerger, sur la base des compétences scientifiques des laboratoires de l'aire urbaine, un pôle énergie à Belfort et un pôle transport et mobilités à Montbéliard.

Avec le projet Écocampus 2020, de nombreux réaménagements impliquant à la fois l'UFR STGI et l'IUT vont avoir lieu à Belfort. Les campus vont être réorganisés de manière thématique : les filières tertiaires seront regroupées en centre-ville (sur le site Néel) et les sciences de l'éducation sur le site Marc Bloch. Les départements scientifiques de ces deux composantes seront regroupés sur le Techn'hom, avec une orientation marquée vers les énergies propres.

Des étudiants en train de distribuer de la barbe à papa
Ludovic Godard - UFC

Le 14 septembre, les étudiants étaient aussi de la fête avec des jeux et animations proposés tout l'après-midi par différentes associations et une partie de Cluedo géant. Mais cette journée n'était que le début d’une série d’évènement festifs et commémoratifs qui mettront successivement chacun des départements de formation à l’honneur. La clôture aura lieu à Montbéliard, en octobre 2018.

  1. Les départements de formation actuels sont : Carrières sociales, Génie civil - Construction durable, Génie électrique et informatique industrielle (GEII), Génie termique et énergie (GTE), Informatique (INFO), Techniques de commercialisation (TC), Gestion administrative et commerciale des organisations (GACO), Mesures physiques (MP), Métiers du multimédia et de l'internet (MMI), Réseaux et télécomunications (RT).

Contact

IUT Belfort-Montbéliard

Ghislain Montavon, Jacques Bahi, Jean-François Chanet, Jean-pierre Chevènement, Nicolas Chaillet et Damien Meslot assis regardant dans la même direction.
Jean-Marie Kaufmann, ancien directeur de l'IUT de Belfort-Montbéliard
Marine Granjon, assise, tient un micro. Deux personnes sont assises à côté d'elle.
Des étudiants sur un stand de jeux
Tags 

Articles relatifs