Compagnie Olga Mesa
Compagnie Olga Mesa

À L-EST, toujours du nouveau

Hackathon spectacle vivant et transmédia : une association de concepts qu’on imaginerait difficilement ensemble… Mais à L-EST, le laboratoire européen spectacle vivant et transmédia, rien d’impossible ! En partenariat avec l’IUT Belfort-Montbéliard et l’UFR STGI, L-EST a organisé sa première « Rencontre #Transfiction » en juin.

L-EST est le projet un peu fou mais très créatif de trois organismes culturels du Nord Franche-Comté : Viadanse, MA Scène nationale et Le Granit. Ensemble, ils ont organisé une « Rencontre #Transfiction », à la croisée des chemins de la création de spectacle vivant et de plusieurs médias (web, réseaux sociaux, dessin, BD…). Au cœur de cette rencontre, le hackathon spectacle vivant et multimédia se déroulait à l’IUT Belfort-Montbéliard et à l’UFR STGI. « Il s’agissait de créer pendant deux jours, en groupe de quatre à huit personnes, un concept ou architecture transmédia pouvant combiner médias et médiums traditionnels à partir des projets de spectacle vivant des compagnies, à travers une thématique commune », explique Julie Burgheim, chargée de mission de L-EST.

Le but de cette rencontre était donc de susciter un échange de compétences et de ressources entre des créateurs et des techniciens multimédia, mais aussi des urbanistes, des géographes, des sociologues, des amateurs, et de donner ainsi un point de départ à des créations balbutiantes. « Les compagnies venaient soit avec une idée de cadre narratif, soit avec un spectacle qu’elles aimeraient développer en transmédia », poursuit Julie Burgheim. Une thématique transversale était cependant imposée : « avoir la main ». Ce mélange, interconnexion ou combinaison entre des univers variés et parfois très éloignés visait donc à « explorer le futur de la narration en exploitant le spectacle vivant combiné aux nouvelles technologies, et à toute autre extension créative par le biais d’autres médiums, et proposer une expérience originale et innovante ».

Un hackathon pour débrider la créativité

Les étudiants de l’IUT, en particulier du département Métiers du multimédia et d'Internet (MMI), ainsi que ceux de l’UFR STGI, étaient invités à participer au hackathon. Parmi eux, Jordan Garay, qui vient d’obtenir son DUT MMI, a effectué son stage de deuxième année dans le développement web, à Ma Scène nationale (Montbéliard) et a notamment travaillé à la construction du projet avec Julie Burgheim. Pour lui, « l’intérêt de la forme du hackathon est que les projets s’inscrivent dans un cadre et un temps donnés, avec des contraintes, notamment de thématiques, tout en plaçant ensemble des personnes ayant des compétences diverses mais qui n’ont pas forcément l’habitude de travailler ensemble. C’est un échange de connaissances et de compétences techniques pour donner vie à des idées artistiques. Un prototype du projet de création était réalisé pendant les deux jours du hackathon, la production se déroulant ensuite sur plusieurs mois ».

Les deux projets sélectionnés ex æquo, Le souffle de Kemchine et Miss Electricity, seront accompagnés par L-EST : ils bénéficieront chacun d'un court temps de résidence dans l’une des trois structures et d'une enveloppe de 2 500 euros. L'exercice était intense, puisqu’il se déroulait en seulement 48 heures, et riche en émotions : « C’est une expérience humaine extraordinaire qui m’a permis de rencontrer beaucoup de gens évoluant dans des domaines différents du mien et très variés, conclut Jordan Garay. On a d’ailleurs gardé le contact. »

Contact

Un hackathon spectacle vivant et transmédia à l'IUT de Belfort-Montbéliard avec L-EST
Des artistes sur scène