Les changements de nature des délimitations territoriales et leurs effets sur l’organisation des sociétés en Europe (XIVe-XXIe siècles)

13 Septembre 2018

Cette journée d’étude interdisciplinaire permettra, grâce à la contribution de conférenciers internationaux, de faire un état de l’art et d’étudier des situations historiques et géographiques particulièrement révélatrices des enjeux politiques et socio-économiques qui sont induits par la transformation des délimitations territoriales du XIVe siècle à nos jours. Elle est organisée par la MSHE Ledoux avec le soutien financier de la Communauté du savoir, en partenariat avec l'université de Neuchâtel.

Affiche Bordeur
Jacky Frossard

Cette journée d’étude internationale s’inscrit dans le prolongement d’un projet collectif interdisciplinaire (géographie, histoire, science politique, sociologie) ayant regroupé 21 chercheurs pour l’analyse comparée de deux délimitations particulières sur la longue durée, celle entre la France et la Suisse, celle entre la Franche-Comté et la Bourgogne. À partir des deux délimitations envisagées, il est apparu clairement que les alternatives strictes fondées sur la distinction entre des délimitations qui rapprochent et d’autres qui clivent étaient par trop caricaturales. C’est davantage l’intensité des effets induits par celles-ci qui varient dans le temps en fonction de leurs natures.

Ces hypothèses peuvent-elles être confirmées lorsque le champ d’investigation est élargi à l’ensemble de l’Europe voire au-delà ? Ne sont-elles pas encore tributaires d’une vision franco-centrée de la construction d’un État-nation centralisé doté d’une certaine unité culturelle ? Ainsi est-ce que dans des États impériaux ou fédéraux composés d’entités territoriales disposant d’une large autonomie ou dans des États caractérisés par une forte diversité linguistique ou religieuse, les délimitations intérieures n’induisent pas des effets intenses qui se rapprochent de ceux des frontières interétatiques tant en ce qui concerne les risques de conflits que les opportunités individuelles et collectives ?

C’est alors la question du lien entre répartition géopolitique de la souveraineté et organisation des sociétés qui est posée. Les moments historiques de transformation des délimitations soit dans le cadre d’une dynamique d’unification, soit dans le cadre d’une sécession sont alors particulièrement révélateurs : ils permettent de comparer des situations différenciées avant et après la transformation ; ils sont aussi des temps privilégiés de prise de position des différents acteurs frontaliers ; ils invitent enfin à déterminer les conditions qui favorisent l’émergence de coopérations transfrontalières. Par ailleurs ces hypothèses sont-elles avant tout valables pour l’Europe ?

Cette journée d'étude s'inscrit dans le projet de recherche « BORDEur – bilan et objectifs de recherche sur les délimitations en Europe (XIVe-XXIe siècles) » porté par Maxime Kaci au sein de la MSHE Ledoux, et lauréat de l'appel à projets « Transmission, travail, pouvoirs » 2018 de la Fédération des MSH de Dijon et de Franche-Comté.

Horaires

De 14 h à 17 h 30.

Contact

Maison des sciences de l'homme et de l'environnement (MSHE) Claude Nicolas Ledoux

Lieu

Salle de conférence