Vue extérieure de la MSHE Ledoux avec des vitres dans lesquelles se reflètent des arcades.
Ludovic Godard - UFC
Auteur 
Delphine Gosset

MSHE : de nouveaux bâtiments ouverts sur la cité

Les nouveaux locaux de la Maison des sciences de l'homme et de l'environnement (MSHE) Claude Nicolas Ledoux ont été inaugurés le 27 février. Cet espace dédié à la recherche en sciences humaines et sociales se distingue par son ouverture sur la ville, au sens propre comme au figuré, puisque la MSHE lance à cette occasion un cycle de conférences grand public.

Vue du dessus d'un batiment neuf en centre ville : l'amphithéâtre de la MSHE.
Ludovic Godard - UFC

La Maison des sciences de l'homme et de l'environnement (MSHE) Claude Nicolas Ledoux est une structure fédérative dont la vocation première est de soutenir la recherche en sciences humaines et sociales. Elle fonctionne sous la double tutelle de l'université de Franche-Comté et du CNRS. L'ensemble des chercheurs qui exercent dans ce domaine à l'UFC, mais aussi à l'UTBM, peuvent bénéficier de ses services. Ceux-ci consistent en un appui administratif et logistique pour le montage de projets, mais aussi dans la mise à disposition d'équipements. La MSHE s'est en effet dotée d'une plateforme technologique incluant différents appareillages permettant, entre autres, l'acquisition de données (drones, matériel topographique, spectroradiomètre, macroscope, détecteur de métaux…). On y trouve par exemple le nécessaire pour numériser de grands corpus de textes ou pour faire de l'analyse spatiale et des salles d'expérimentation dédiées aux études comportementales. À cela s'ajoutent des postes informatiques, toute une batterie de logiciels, l'accès à des bases de données diverses et du matériel photographique et audiovisuel. Cet ensemble ne serait rien sans les compétences et ressources humaines qui assurent leur bonne utilisation et toute la gestion administrative.

La MSHE n'intervient pas seulement en soutien aux laboratoires. Elle porte elle-même de nombreux projets de recherche et est habilitée à accueillir des chercheurs invités, doctorants et postdoctorants. Elle développe sa propre programmation scientifique selon certains critères dont le développement de collaborations internationales, le caractère interdisciplinaire des projets et leur implantation régionale. Beaucoup de ses actions sont d'ailleurs soutenues financièrement par la Région. La MSHE Claude Nicolas Ledoux se distingue cependant d'autres MSH du réseau national dont elle est membre par un champ thématique élargi aux sciences de l'environnement.

En expansion constante depuis sa création officielle en 2001 à partir d'un pôle de recherche préexistant1, cette fédération avait besoin d'espace pour y installer son plateau technique, offrir des bureaux aux doctorants et aux chercheurs invités et organiser réunions, séminaires et colloques dans de bonnes conditions. C'est chose faite : les équipes jusqu'à présent logées dans l'enceinte de la faculté des lettres (UFR SLHS) rue Mégevand ont déménagé fin février, toujours au centre-ville de Besançon, sur le site dit « de l'Arsenal ».

Une interface avec la ville

Ce site qui, historiquement, était celui d'une usine de munitions, a d'abord été occupé par la faculté de médecine avant de devenir une extension de l'UFR SLHS il y a quelques années. La MSHE y occupe désormais un ancien bâtiment (le pavillon Bichat) daté de 1847 et intégralement réhabilité, ainsi qu'une construction neuve. Cette dernière est un auditorium de 150 places, équipé de cabines d'interprètes pour la traduction simultanée, qui va accueillir de nombreux séminaires et colloques. Le public bisontin en profitera lui aussi puisque la MSHE lance dès le mois de mars un cycle de conférences ouvertes à tous2. Les premiers jeudi de chaque mois, un chercheur y présentera ses travaux de manière accessible. L'idée est de proposer des sujets variés qui puissent être mis en perspective avec la société actuelle. En effet, la MSHE souhaite aujourd'hui se positionner comme une véritable interface des sciences humaines et sociales avec le public.

Cet objectif va être facilité par sa nouvelle situation géographique, au cœur d'un espace urbain en cours de réaménagement. L'esplanade Germaine Tillion, dégagée par les travaux, va tracer des chemins piétonniers inédits entre le parc Chamars, la rue Charles Nodier et la mairie. La MSHE se situe également en face de l'ancien hôpital Saint-Jacques où il est prévu d'installer la future Cité des savoirs et de l'innovation qui inclura, aux côtés d'autres structures, une grande bibliothèque municipale et universitaire.

Raphael Bartolt, Jean-Louis Fousseret, Jacques Bahi, Marie-Guite Dufay et Jean-François Chanet en train de couper un ruban bleu blanc rouge.
David Cesbron - Région Franche-Comté

À l'exception de l'aménagement du parvis prévu au printemps, les travaux qui avaient commencé en 2014, après une période de fouilles archéologiques3, sont terminés. Le budget total de 7,1 millions d'euros a été partagé entre l'État, la Région, la Ville et l'université de Franche-Comté4.

Les nouveaux bâtiments ont été inaugurés le 27 février par Raphaël Bartolt, préfet du Doubs, Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté, Jean-Louis Fousseret, maire de Besançon et président du Grand Besançon, Jean-François Chanet, recteur de la région académique Bourgogne-Franche-Comté et chancelier des universités, Jacques Bahi, président de l’université de Franche-Comté, et Éric Pierrat, secrétaire général pour les Affaires régionales de Bourgogne-Franche-Comté. Les discours ont souligné l'importance des sciences humaines et sociales pour aider à « penser le monde » dans une société en pleine mutation.

  1. Il s'agissait du pôle de recherche Homme, temps, territoire
  2. Voir programme dans l'article lié ci-dessous.
  3. Comme souvent en centre-ville à Besançon, les premiers sondages avaient révélé des vestiges archéologiques. Il s'agissait d'un puis antique et du pavage d'une cour datant du XIXe ou du XVIIIe siècle.
  4. Le financement initial du projet était assuré dans le cadre du contrat de plan État-Région (CPER) 2007-2013 à hauteur de 2 M€ pour la Région Franche-Comté, 2 M€ pour la Ville de Besançon, 1 M€ pour l'université de Franche-Comté et 0,5 M€ pour l'État. Une enveloppe complémentaire de 1,6 M€ (1 M€ État et 0,6 M€ Région) a été accordée dans le cadre du CPER 2015-2020. Au budget total de 7,1 M€ l'université a ajouté un complément de 275 K€.

Contact

Maison des sciences de l'homme et de l'environnement (MSHE) Claude Nicolas Ledoux

Vue extérieure de la MSHE Ledoux avec ses arcades.
Vue extérieure de la MSHE Ledoux avec ses arcades.
Deux bâtiments, l'un vitré, l'autre ancien, qui se reflètent l'un dans l'autre.
Sur un mur : deux grandes photographes signées Brigitte Zieger
Jacques Bahi tire un rideau bleu pour dévoiler une plaque d'inauguration. En face : Marie-Guite Dufay et Jean-Louis Fousseret.
Tags 

Articles relatifs