Une femme en blouse en train d'insérer un tube à essai dans un appareil de spectroscopie RMN
Ludovic Godard - UFC
Auteur 

Un nouveau spectromètre RMN pour une chimie plus performante

Plusieurs laboratoires viennent de se doter ensemble d'un nouvel appareil de résonnance magnétique nucléaire (RMN) dédié à la recherche. Cette ressource technologique est gérée par l'institut UTINAM.

La chimie de synthèse a besoin d’outils de caractérisation efficaces pour déterminer les structures moléculaires. La spectroscopie par résonnance magnétique nucléaire (RMN) est un moyen d’investigation incontournable qui permet d’analyser sans les détruire des molécules, qu’elles soient en solution ou à l'état solide, et ce de manière quantitative. Elle utilise les propriétés magnétiques des noyaux atomiques, tout comme la technique d'imagerie médicale appellée IRM1.

Tous les chimistes de l'université de Franche-Comté qui ont besoin de cette technologie coûteuse pour mener à bien leurs travaux se sont rassemblés pour faire l'acquisition d’un nouvel appareil. Ce spectromètre RMN d'une valeur de 320 000 euros a été financé à 80 % par la Région Franche-Comté. Nettement plus performant que celui que possédait déjà l'institut UTINAM, il a une sensibilité plus élevée et des délais d’acquisition de données réduits. Il est plus ergonomique, autorise des expériences complexes (RMN bidimensionnelle) et permet de travailler de manière continue ou à distance. Grâce à lui, les chercheurs pourront réaliser environ 3 000 analyses par an, soit 30 % de plus qu’auparavant. Il est même envisageable d'utiliser les données qu'il produit dans le cadre de l'enseignement.

Il a été installé dans la plate-forme technique de chimie de l’institut UTINAM, qui est le laboratoire qui compte le plus d'utilisateurs de cette technologie. Il a fallu aménager les locaux en conséquence, car le spectromètre est volumineux et nécessite des systèmes de surveillance et de sécurité. Les chercheurs des autres laboratoires impliqués dans le projet (l’institut FEMTO-ST, le laboratoire de nanomédecine et le laboratoire Pépite) l’utiliseront également quand leurs travaux nécessiteront de faire appel à de la chimie appliquée. Cet équipement va contribuer aux progrès de la recherche dans les domaines des matériaux, de la santé et des sciences pour l’ingénieur, en favorisant par exemple l'élaboration de nouveaux concepts physiques, chimiques, biomédicaux ou pharmaceutiques, ou encore le développement de composants micro et nanostructurés.

  1. Imagerie par résonnance magnétique

Source : dossier de presse UTINAM - Edith Burgey

Contact

Stéphanie Boullanger
Responsable du pôle spectroscopie
03 81 66 20 22
stephanie.boullanger@utinam.cnrs.fr

Karin Monnier-Jobé
Institut UTINAM
03 81 66 62 69
karin.monnier-jobe@univ-fcomte.fr

Frédéric Chérioux
Institut FEMTO ST
03 63 08 24 25
frederic.cherioux@femto-st.fr

Spectromètre RMN
Une personne devant un écran d'ordinateur affichant des résultats de spectroscopie. Le spectromètre RMN en arrière plan.