Auteur 
Delphine Gosset

L'hôpital des nounours

Chaque année, les étudiants en santé accueillent les élèves d’écoles maternelles dans un hôpital fictif afin de les aider à vaincre la peur de la blouse blanche. Les futurs médecins, pharmaciens, sages-femmes, infirmiers et kinésithérapeutes jouent le rôle du personnel soignant qui prend en charge les nounours apportés par les enfants. Reportage en images.

Une petite fille tient son nounorus assise à une table en face d'une jeune femme équipée d'un stétoscope qui remplit un carnet.
Ludovic Godard - UFC

Dans l'hôpital reconstitué dans les locaux de l'UFR Sciences médicales et pharmaceutiques, on suit le schéma d'un véritable parcours de soins, en commençant par créer le dossier du malade. Chaque nounours se voit attribuer un carnet de santé où on consigne son nom, son âge...

Un étudiant en médecine, crayon en main, interroge un petit garçon.
Ludovic Godard - UFC

Ensuite vient la consultation auprès d'un médecin. On commence par l'interrogatoire. « Alors, qu'est-ce qu'il a ton nounours ? »

Un petit garçon souriant assis à une table présente son nounours à un adulte de dos.
Ludovic Godard - UFC

L'enfant joue le rôle du parent. Le nounours sera orienté en médecine ou en chirurgie selon la pathologie dont il souffre.

Un petit garçon à casquette écoute le coeur de son nounours au stéthoscope
Ludovic Godard - UFC

Les enfants participent à l'examen clinique. On leur explique le fonctionnement de chaque instrument : stéthoscope, abaisse-langue...

Une jeune fille en blouse rose tient une poupée et rit. En face d'elle une petite fille sourit.
Ludovic Godard - UFC

Les étudiantes sages-femmes se chargent de la pesée, des mesures, et expliquent au passage leur rôle auprès des nouveaux-nés.

Un jeune homme en blouse montre une fausse radio à une petite fille.
Ludovic Godard - UFC

Certains jouets passent même à la radiographie, avec pour consigne de ne pas bouger. Le radiologue montre ce qu'il a constaté sur les clichés.

Une petite fille tient son nounours. Elle porte un masque et une charlotte avant d'entrer au bloc opératoire.
Ludovic Godard - UFC

Plusieurs blocs opératoires ont été installés pour opérer les nounours blessés. Avant d'y entrer, on s'habille en conséquence.

Bloc opératoire : une petite fille équipée d'un masque et de gans en latex tient une pince avec du coton pour désinfecter sa poupée.
Ludovic Godard - UFC

Les enfants participent aux gestes. Ici : la désinfection avant une opération. Les soins se déroulent comme dans la réalité. On réalise par exemple de vrais points de suture sur les peluches.

Un petit garçon termine un bandage sur son nounours aidé par une étudiante infirmière.
Ludovic Godard - UFC

Les bandages sont réalisés auprès des étudiants infirmiers.

Un petit garçon tient un énorme nounours sur un gros ballon. Une étudiante en blouse souriante lui tient les jambes.
Ludovic Godard - UFC

Les futurs kinésithérapeutes proposent des séances de rééducation quand c'est nécessaire.

Une petite fille coupe un bandge sur une souris en peluche tenue par une étudiante.
Ludovic Godard - UFC

À l'infirmerie, on retire les bandages ou les points de suture. On en profite pour vérifier si les vaccins sont à jour.

Une jeune fille en blouse donne des gouttes à un nounours bambi sous l'oeil inquiet d'un petit garçon.
Ludovic Godard - UFC

Les étudiants en pharmacie se chargent d'administrer les médicaments.

Une petite fille examine les oreilles de son nounours malade en compagnie d'une étudiante en pharmacie.
Ludovic Godard - UFC

Ils donnent aussi les consignes de soins à respecter une fois de retour à la maison.

Une jeune femme donne du savon à une série d'enfants assis qui tendent les mains.
Ludovic Godard - UFC

Le temps libre à la fin de la séance permet de faire un peu de prévention sur l'hygiène et le lavage des mains.

Plusieurs enfants assis à table et attentifs se frottent les mains.
Ludovic Godard - UFC

En France, près de 10 000 enfants profitent de cette opération chaque année.

Un homme déguisé en lapin tend un sac en papier à un enfant. Une série d'enfants sont placés en rang.
Ludovic Godard - UFC

Chacun repart ravi de cette journée peu ordinaire, avec un petit cadeau souvenir.

Contact

BOUDU – Association des étudiants en Médecine de Besançon
19 rue Ambroise Paré
25030 Besançon CEDEX
03 63 08 25 58
http://www.boudu.org

Tags 

Articles relatifs