La Tunisie, trois ans après la révolution : état des libertés

29 Janvier 2014

Habib Kazdaghli est un universitaire tunisien, spécialiste de l'histoire contemporaine. Il s'intéresse en particulier au monde ouvrier et aux minorités à l'époque coloniale. Sa conférence porte sur le cycle des processus révolutionnaires dans le monde arabe.

Conférence en amphithéâtre.
Ludovic Godard - UFC

Habib Kazdaghli est professeur d'histoire à la Faculté des Lettres, arts et humanités de la Manouba à Tunis.

Il a été accusé par deux étudiantes salafistes portant le niqab (voile intégral) de les avoir frappées alors qu'elles étaient entrées dans son bureau et l'avaient saccagé. Il a été mis en examen après avoir démenti ces accusations. Le parquet, sur instruction, et le ministre de la justice  ont requalifié la plainte en "acte de violence commis par un fonctionnaire dans l'exercice de ses fonctions". Il risquait jusqu'à cinq ans de prison. Le procès ayant été repoussé plusieurs fois, Habib Kazdaghli a été acquitté et ses accusatrices condamnées à 4 et 2 mois de prison.

Au cours de cette affaire, l'Ordre des médecins a soutenu le confrère qui a dénoncé l'imposture d'une des étudiantes. Les avocats et les magistrats se sont mis en grève pour réclamer l'indépendance de la justice. Une victoire importante pour la société civile, en faveur d'une conception de l'enseignement universitaire ouverte, scientifique et progressiste sur une conception dogmatique et réactionnaire.

Habib Kazdaghli, invité par l'Université ouverte sur proposition du géographe Jacques Fontaine, parlera de son combat déterminé en faveur de la laïcité.

Horaires

16h à 17h30

Contact

Damienne Bonnamy
03 81 66 61 42
damienne.bonnamy@univ-fcomte.fr

Lieu

À l'amphithéâtre Donzelot.
Tags