CRIT

Parler le corps : réinvestir l'amour

Première de couverture

Que l'amour se soit transformé après que la sexualité s'est dégagée des exigences de la reproduction, mérite d'être nuancé à l'aune d'une analyse des représentations contemporaines des corps mis « sous tension » amoureuse.

Les transformations transgenres laissent certes entrevoir d’autres possibles de l'amour, mais force est de constater une oscillation entre deux extrêmes : l'exhibition des corps sur la place publique ou leur disparition derrière les écrans. N'être qu'un corps ou ne pas en avoir : l'alternative à laquelle le sentiment amoureux se confronte aujourd'hui, reconduit des dichotomies anciennes entre la chair et l'esprit mais selon des modalités marquées par le rapport entre virtualité et réalité, interrogeant autant la dématérialisation des relations affectives que la survalorisation de la sexualité, la rationalisation des échanges que leur satisfaction consumériste.

Regards croisés sur la ville américaine

Première de couverture

Cet ouvrage multidisciplinaire s’interroge sur les mutations des villes américaines d’un point de vue économique, géographique et humain, ainsi que sur l’adaptation des populations à ces évolutions dictées par un néo-libéralisme liée à la mondialisation.

Amour. Création et société

Couverture livre l'amour

L'ouvrage "Amour. Création et société", qui réunit les communications du colloque "Regards sur l'amour" (2015), faisant suite aux travaux du CRIT sur l'amour, vient de paraître aux édition  .

Ce volume envisage l'amour en tant qu'objet polymorphe : Eros, Philia, Agapé, mais aussi Storgé. Les mots grecs rendent compte, du large spectre amoureux : amour romantique, amour sexuel, amour de soi, de l’autre, pour l'autre... des catégories qui placent les manifestations du sentiment amoureux dans un espace de contraintes et de possibilités qui relève du social et du discursif. Les travaux qui sont ici réunis, s'attachent ainsi à interroger des genres artistiques et discursifs dans lesquels s'ancre l'amour, ils abordent la littérature et le cinéma, mais aussi l’histoire, l’histoire des idées, la sociologie ou la psychologie. Ces recherches mettent en avant que l'amour constitue une manière d'appréhender et d'expliquer le monde puisqu'on peut lire à travers lui les rapports qui définissent nos sociétés et qui le définissent à leur tour.

Contributeurs et contributrices :  Fabrice Wilhelm, Catherine Grall, Arnaud Duprat de Montero, Magali Bigey, Danae Gallo González, Guiditta Bettinelli, Raphäel Szöllösy, Aurélie Deny, Danielle Follett, Bénédicte Abraham, Nella Arambasin, Stéphanie Chapuis-Després. Lluna Llecha, Nathalie Lugand et Pascale  Molinier, Margaret Gillespie, Tiffenn Brisset.

Penser le vivant

Couverture du livre

Au-delà des connaissances scientifiques et en particulier des découvertes importantes pour la médecine (cellules, bactéries, molécules organiques, et plus tard ADN), le succès des sciences du vivant a provoqué la circulation de savoirs, d'images, de modèles de pensée vers d'autres disciplines, mais aussi la formulation de nouvelles interrogations sur le pouvoir de l’homme, sur ses interventions

dans le domaine du vivant, sur son rapport à l’environnement, qui dépassent bien le cercle d’intérêt de la science elle-même, et encouragent de ce fait l’approche transdisciplinaire.

La particularité de cet ouvrage est de montrer d’une part l’implication de l’imaginaire et de l’esthétique dans les discours scientifiques sur le vivant, et d’autre part la plasticité des savoirs du vivant ainsi que leur puissance modélisante qui expliquent leur diffusion dans le champ des sciences humaines.

Laurence Dahan-Gaida est enseignante-chercheuse en littérature comparée à l'université de Franche-Comté et directrice du Centre de recherches interdisciplinaires et transculturelles (CRIT EA 3224).

En direct n°269 – Dossier « Les maux du discours politique »

Une du journal "en direct" numéro 269

Le journal en direct de mars-avril 2017 consacre son dossier aux « maux du discours politique ». L’évolution du discours témoigne partout d’un réel bouleversement de la donne politique et sociale. L’élection de Trump, le Brexit, la montée des extrêmes en Europe, l’incertitude des résultats électoraux sont autant de faits à inscrire au passif de la crise de 2008.

Sommaire :
– La personnalité plébiscitée avant les idées
– Les politiques jouent avec les mots… et avec le feu
– Must ou have to ? Révision des verbes de modalité
– Le discours, reflet d’un malaise sociopolitique
– Inscrire les bons thèmes à l’ordre du jour
– Transformer l’essai en intention de vote

Le silence dans les arts visuels

Couverture du livre

Comment parlent les images ? De quelle voix s’adressent-elles à nous, du fond de leur silence ? Ou comment parviennent-elles, sans le support du son, à se faire entendre, à produire des effets, à porter des affects ? C’est l’efficacité paradoxale du silence que ce volume explore, dans le champ des arts visuels.

On le sait, loin de n’être qu’une soustraction, absence de sons ou refus de paroles, le silence est un langage, un vecteur de sens et d’expressivité. Difficile d’analyser ces arts muets que sont la peinture ou la photographie sans réfléchir à la « zone de silence » située en leur cœur, matrice qui fonde leur pouvoir de suggestion et de contestation. Quant aux arts qui ne sont pas intrinsèquement silencieux, de la performance durationnelle au cinéma, ils ont malgré tout partie liée avec le silence, lorsqu’ils tentent de se dégager de l’imposante omniprésence de la parole, ou de réinventer l’interaction entre son et image.

Les textes réunis ici interrogent le langage silencieux des images, dans une perspective interdisciplinaire croisant des approches et des objets divers, et rendent au silence sa positivité autant que sa radicalité. L’image silencieuse y apparaît dans toute sa force évocatrice, subversive ou réflexive. Qu’il s’agisse d’élaborer une nouvelle esthétique à partir de l’effacement, d’affirmer un positionnement critique par l’extinction des voix, de faire entendre le bruissement infime du monde ou de désigner un secret tout en le taisant, le silence semble constitutif du pouvoir de l’image. Plus encore, les images dont il est ici question participent d’une éthique du silence, qui postule un certain mode d’attention au monde, une valeur nouvelle accordée au non-verbal, un espace ouvert à la pluralité et à l’ambivalence. Et par là, se trouve questionnée – parfois redéfinie – la relation du spectateur à l’œuvre d’art.

Adrienne Boutang et Nathalie Pavec sont enseignantes à l'UFR SLHS et chercheuses au Centre de recherches interdisciplinaires et transculturelles (CRIT). Adrienne Boutang est spécialisée en cinéma et littérature anglophone, et Nathalie Pavec en littérature britannique du XXe siècle et en arts visuels.

Diversité linguistique et culturelle à l'école

Première de couverture du livre

Les travaux réunis dans cet ouvrage proposent, à travers le regard croisé de chercheurs et de praticiens, une analyse de la réalité scolaire plurilingue française, mais aussi d'ailleurs, ainsi que des propositions didactiques pour professionnaliser les acteurs et favoriser l'inclusion de tous les élèves.

Ann-Birte Krüger et Nathalie Thamin sont chercheuses au Centre de recherches interdisciplinaires et transculturelles (CRIT) tandis que Stella Cambrone-Lasnes est chercheuse au laboratoire ELLIADD. Toutes trois enseignent à l'ESPE de Franche-Comté.

Cet ouvrage est disponible au service commun de documentation (SCD) de l'Université.

Reading Alice Munro with Jacques Lacan

Couverture du livre

It is unlikely that Jacques Lacan and Alice Munro were ever aware of each other's work. Yet, because of Munro's intuitive grasp of the complexities of human subjectivity and her ability to articulate subtleties and ambiguities, her fiction shares many of the insights of Lacan's theoretical advancements of the same period.

They are both concerned with bringing the obscure undercurrents of the psyche to light.

Jennifer Murray's Reading Alice Munro with Jacques Lacan brings the works of the writer and the psychoanalyst into dialogue, offering innovative interpretations of a selection of Munro's stories. Approached from a Lacanian perspective, a close reading of Munro's texts reveals the libidinal energy at the heart of the stories and offers particular insight into aspects such as shame and humiliation - feelings that Munro presents with disconcerting acuity. Taking into account stories both of childhood and of adult experiences, Murray analyses the child's bewilderment as she confronts the incomprehensibility of parental injunctions and symbolic functions, while stories about women later in life speak of subjectivity in the field of relationships, where desire, and love are central concerns.

Including extended reflections on fantasy, sublimation, persistence of purpose, transmission, love, and the roles of both paternal and maternal figures in Munro's work, Reading Alice Munro with Jacques Lacan also reshapes literary debate on feminine subjectivity and sexuality.

Théâtre et médecine : de l'exhibition spectaculaire de la médecine à l'analyse clinique du théâtre

Couverture

Cet ouvrage réunit les actes du colloque international « Théâtre et médecine » organisé à la faculté de médecine de l’université Paris-Descartes en 2010. Plusieurs hypothèses ont guidé les réflexions compilées dans ce volume.

La première consistait à envisager les raisons qui motivaient le corps médical à concevoir sa pratique comme un spectacle à part entière, puisant dans les ressources de la mise en scène théâtrale les moyens d’une représentation efficace de son pouvoir thérapeutique. L’hypothèse seconde relevait du constat réciproque que les théoriciens du théâtre, comme les dramaturges et les metteurs en scène, s’étaient emparé à maintes reprises du discours du médecin pour imaginer/penser une poétique de la scène, exploitant les pathologies et les symptômes du malade pour établir un diagnostic de penser la pratique théâtrale. Cherchant à se légitimer mutuellement, théâtre et médecine ont été renvoyés dos à dos par leurs détracteurs, nourrissant aussi bien la critique de leurs effets pathologiques que l’éloge de leurs vertus thérapeutiques. Dans cette optique, les études réunies ici examinent cette relation de fascination et de répulsion mêlées, afin de penser le médical comme élément spectaculaire, et considérer le discours du médecin comme paradigme épistémologique pour le théâtre. À partir d’une double approche diachronique et synchronique, cet ouvrage tente ainsi d’analyser des dispositifs et des discours communs à la médecine et au spectacle vivant.

La revue Épistémocritique est éditée en lien avec le Centre de recherches interdisciplinaires et transculturelles (CRIT) de l'UFC.

La Nuit des morts-vivants

Première de couverture du livre

La Nuit des morts-vivants (Night of the Living Dead, George A. Romero, 1968) a suscité de nombreux écrits et interprétations, d’ordre notamment sociopolitique. Face à la complexité de l’œuvre, pourtant, il importe désormais de renouveler les axes de l’analyse.

Le présent ouvrage aborde donc le film à l’aide d’un large éventail de cadres épistémiques : esthétique du cinéma, histoire des formes et des techniques, études postcoloniales, histoire culturelle, etc. Autant d’approches qui font émerger des problématiques originales : que voit-on, à relire Alberti, au travers de ces fenêtres que les personnages veulent barricader ? comment le remake réalisé par Tom Savini en 1990 éclaire-t-il l’imaginaire de son modèle ? comment la question noire s’inscrit-elle dans la représentation ? jusqu’à quel point peut-on parler de résurrection à l’endroit des morts-vivants ?

Volume publié sous la direction de Barbara Le Maître, professeur d’études cinématographiques à l’université Paris-Ouest-Nanterre-La-Défense. Avec des contributions de Bruno Nassim Aboudrar, Adrienne Boutang (université de Franche-Comté), Teresa Castro, Anne Goliot-Lété, Martin Goutte, Julia Hedström, Barbara Le Maître, Jessie Martin, Gilles Menegaldo et Jennifer Verraes.

Tim Burton : horreurs enfantines

Couverture du livre

Cet ouvrage rassemble des articles portant sur les relations entre enfance et horreur dans l'œuvre de Tim Burton. Issu d'un colloque, cet ouvrage rassemble des réflexions sur les relations entre enfance et horreur dans l'œuvre de Tim Burton.

Il vise à renouveler, sous cet intitulé paradoxal, les études déjà parues sur ce cinéaste charismatique, en proposant trois grandes lignes de force (Tim Burton et les arts, Autour des origines…, L'image de l'Artiste).

Adrienne Boutang est enseignante-chercheuse en cinéma et littérature anglophone à l'UFC.

Circulation des savoirs & reconfiguration des idées

Couverture du livre

Les circulations transnationales de savoirs sont un phénomène majeur du nouveau régime mondialisé de la connaissance, où l’intensification des transferts culturels remet en question le cadre strictement national de l’histoire intellectuelle.

Parallèlement, la porosité toujours plus grande entre les disciplines a suscité un bouleversement des configurations qui relient les savoirs, entraînant une crise des anciens découpages et l’apparition d’un nouveau paysage cognitif. Les études réunies dans cet ouvrage cherchent à décrypter le nouvel espace historique, culturel et scientifique en train d’émerger de ces dynamiques, grâce à une approche à la fois interdisciplinaire et transculturelle. Croisant le point de vue de chercheurs venus du Brésil et d’Europe, il cherche notamment à cerner la contribution des pays du Sud dans la production contemporaine des connaissances et le changement des rapports de pouvoir/savoir qui s’y expriment.

Environmental and Ecological Readings

Couverture du livre

En souscription


This volume features 17 articles devoted to various Scottish authors, from 18th c. travel writers to contemporary authors. The essays consider Nature and the environment in their relations to men and women and question how mankind is set to evolve in a contemporary world increasingly perceived as posthuman. They show how these concepts have affected Scottish authors and literature. The articles are presented chronologically, to highlight how each of the authors featured may have influenced the ensuing literary tradition. The 1st part focuses on 18th and 19th c. poets, novelists, artists or travel-writers, while the 2nd turns its attention to 20th and 21st c. authors.

Philippe Laplace est maître de conférences en anglais à l'UFR SLHS.

Espaces de vie de l'artiste : les enfermements à l'œuvre

Couverture du livre

En suivant les artistes et les écrivains dans l’enfermement de leur espace de vie, il s’agit de poursuivre un questionnement sur les modalités esthétiques de leur déplacement, en commençant par les situations coercitives les plus extrêmes, pour arriver à celles qui aussi librement acceptées qu’inconsciemment subies, passent par un développement fantasmatique de l’incarcération, voire par un dés

ir d’enfermement. Ce cheminement n’est ni progressif, ni évolutif, il témoigne surtout des degrés de perception des frontières et de l’intériorisation des contraintes. Chaque contexte historique de l’enfermement révèle la difficulté et le pouvoir de dégager l’espace potentiel d’un jeu pour s’y mouvoir : hôpital psychiatrique ou camp d’internement, camp de [...]

Anatomie du corps violenté sur scène

Couverture du livre

À mi-chemin entre la littérature et les arts du spectacle, le théâtre se distingue par la présence sur scène du corps de l’acteur. La violence infligée à ce corps soulève ainsi des questions à la fois d’ordre scénique, littéraire, mais aussi sociologique, tant le théâtre reflète perpétuellement les évolutions d'une société. Existe-t-il une anatomie de la violence théâtrale ?

Le corps violenté prend-il toujours une dimension symbolique ou reste-t-il un matériau au service du metteur en scène, du chorégraphe ou de l'acteur ? Comment représenter la violence physique sur scène ? Enfin, quel rôle joue l'illusion théâtrale dans la mise en scène de cette violence ?

Traduire-écrire

Couverture du livre

La traduction dite « littéraire » est l'espace d’un double travail, celui des langues sur les littératures, celui des littératures sur les langues. À l’âge de la mondialisation, et d’une emprise économique et technique sans précédent, la tentative indéfiniment recommencée entre le texte original et ses multiples transferts ne peut plus se penser dans l’improbable périmètre de son objet.

Force née de l’hybridité de son faire, traduire-écrire est un geste qui a le pouvoir, d’après Victor Hugo dans William Shakespeare, de jeter « un pont entre les peuples » et de servir de « passage des idées ». Ses enjeux ne sont pas seulement formels mais également éthiques. En son instabilité créatrice, la traduction relie étroitement la production de la valeur (la qualité artistique des œuvres) à la réinvention des valeurs dans l’espace collectif. Échange et métissage, cette activité de décentrement y déploie chaque fois une pensée spécifique de l’altérité et de la culture. La tâche du traducteur apparaît ainsi inséparablement poétique et politique.

Marges et périphéries dans les pays de langue anglaise

couverture du livre

Cet ouvrage étudie les représentations de la marge ou de la périphérie, ou qui proviennent de la marge ou de la périphérie dans l'aire anglophone. Sont abordées des problématiques littéraires, des problématiques esthétiques, urbaines et politiques de pays de langue anglaise. (Articles en français et en anglais).

Des lettres pour gouverner

Des lettres pour gouverner

L’ouvrage fournit l’édition critique annotée de cent quarante-neuf lettres italiennes, pour la plupart inédites, échangées entre Antoine de Granvelle, conseiller à la cour de Charles Quint, et cinquante-trois correspondants disséminés à travers l’Europe, œuvrant au service de l’empereur en qualité d’agents ou d’informateurs.

Les documents (août 1551- février 1552) sont édités suivant un critère de conservation. Ils font l’objet d’un encadrement historique, d’une description linguistique ainsi que d’une étude rhétorique.