Le Kiosque

La régulation par le juge de l'accès au prétoire

Couverture de l'ouvrage La régulation par le juge de l'accès au prétoire

Ces actes de colloque ont pour objet de croiser les regards sur l'évolution et l'actualité de l'accès au juge qui doit être entendu comme le droit de pouvoir saisir une juridiction et le droit à un recours effectif. Malgré l'acuité évidente de cette thématique, et de façon étonnante eu égard à l'intérêt pratique du sujet, peu d'études d'ensemble y sont consacrées.

Il est apparu nécessaire d'organiser une manifestation scientifique sur l'un des aspects du droit d'accès au juge : l'influence que peut exercer le juge sur sa propre saisine, sur l'accès au prétoire.

Avec les contributions de  : C. Tirvaudey, directrice de l'UFR SJEPG ; J.-R. Binet et Ch. Fortier, directeurs du CRJFC ; B. Lapérou, maître de conférences HDR en droit privé et sciences criminelles, université de Franche-Comté et V. Donier, professeure de droit public, université de Franche-Comté ; O. Pierart, conseiller d'État, président de la cour administrative d'appel de Nancy (France) ; I. Dore, professeur à l'université de Saint-Louis (États-Unis) ; P. Mahon, professeur à l'université de Neuchâtel (Suisse) ; Ph. Bonfils, professeur de droit privé et sciences criminelles, université d'Aix-Marseille ; Ph. Icard, maître de conférences HDR de droit public, université de Bourgogne ; Y. Laidié, professeur de droit public, université de Bourgogne ; G. Wiederkehr, professeur de droit privé et sciences criminelles, université de Strasbourg ; G. Houist, président du tribunal administratif de Besançon ; M. Mallard, premier président de la cour d'appel de Besançon ; E. Dreyer, professeur de droit privé et de sciences criminelles, faculté Jean Monnet, université de Paris-Sud ; R. Koering-Joulin, conseiller à la Cour de cassation ; B. Stirn, président de la section du contentieux du Conseil d'État ; N. Gerbay, maître de conférences en droit privé, université de Bourgogne ; E. Muller, maître de conférences en droit public, université de Franche-Comté ; D. Négri, professeur de procédure pénale, université degli Studi di Ferrara (Italie) ; M. Nord-Wagner, maître de conférences HDR en droit privé et sciences criminelles, université de Strasbourg ; G. Vonfelt, magistrat, coordonnateur régional de formation, École nationale de la magistrature, cours d'appel Nancy-Besançon-Colmar-Metz-Reims ; B. Bastard, chercheur en sociologie, CNRS, ENS Cachan ; L. Pelletier, doctorante en droit privé et sciences criminelles, université de Franche-Comté ; S. Niquège, maître de conférences en droit public, université de Bourgogne ; H. Matsopoulou, professeure de droit privé et de sciences criminelles, faculté Jean Monnet, université de Paris-Sud  ; F. Hourquebie, professeur de droit public, université de Bordeaux-IV.

Dalloz (coll. "Thèmes et commentaires"), 2013, 310 p., ISBN 978-2-247-12588-3

Les dépressions saisonnières

Photo de couverture

Depuis les années 1950, l'étude des rythmes biologiques a trouvé de nombreuses applications en médecine, notamment dans le champ de la psychiatrie. Toutes les fonctions physiologiques et psychologiques varient de façon relativement prévisible selon certaines périodes en lien avec une organisation temporelle interne.

La synchronisation interne entre les différents rythmes permet une meilleure régulation du milieu intérieur et la synchronisation externe sous l'influence de facteurs d'environnement joue un rôle important dans les phénomènes d'adaptation.

Après un rappel sur les rythmes, les aspects psychologiques, biologiques et génétiques de la chronobiologie en psychiatrie, les auteurs proposent une sensibilisation au problème des dépressions saisonnières et des approches thérapeutiques que sont la chronothérapie et la photothérapie.

Entité nosographique à part, où la maladie est entrevue à la faveur de la découverte de l'effet antidépresseur de la lumière, le trouble affectif saisonnier (TAS) ou dépression saisonnière, est un trouble de l'humeur récurrent qui est étroitement lié aux saisons. Il se caractérise par la récurrence des épisodes dépressifs caractérisés, une symptomatologie dépressive dite "atypique", et par un traitement original, la photothérapie.

En dehors du TAS et d'une façon plus générale, il apparaît à la lecture de cet ouvrage que la prise en compte de la dimension temporelle est un point important pour une meilleure compréhension de la physiopathologie et de l'étiopathogénie des troubles de l'humeur.

Cet ouvrage synthétise les données anciennes et les plus récentes en matière de rythmes biologiques appliqués aux troubles de l'humeur. Il s'adresse aux psychiatres, médecins généralistes, internes et étudiants en médecine.