Corentin Tournoux et son tuteur Sébastien Ribière dans une situation de travail devant un ordinateur.
Ludovic Godard - UFC
Auteur 
Delphine Gosset

Informatique : un master en double alternance

Reportage dans l'entreprise Parkeon où trois étudiants de l'université de Franche-Comté sont actuellement en contrat de professionnalisation. Ils suivent le master Ingénierie systèmes et logiciels qui propose une combinaison originale de cours à la fac, d'enseignement à distance et de formation en alternance.

« Moi, j’aurais bien aimé pouvoir me former en alternance ! Je trouve que c'est une bonne façon d’apprendre qui devrait se généraliser », remarque Nel Taurisson, leader technique chez Parkeon et tuteur d’un étudiant en première année de master Ingénierie systèmes et logiciels. Cette société dont les services recherche et développement sont situés à Besançon crée des solutions de gestion du stationnement et de billettique pour les transports publics. Elle a embauché cette année en contrat de professionnalisation trois étudiants de l’université de Franche-Comté, Quentin Perez, Corentin Rousselet et Corentin Tournoux, dans le cadre de ce nouveau cursus. « Jusqu’à présent, il n’y avait pas dans la région de formation à ce niveau en alternance, et certaines entreprises proposaient des contrats de professionnalisation sans trouver preneur. C’est un secteur en tension dans lequel il y a un vrai potentiel », affirment Fabrice Bouquet et Bruno Legeard, les enseignants-chercheurs à l’origine de la création de ce master.

Cette formule inédite de « double alternance » mêle enseignement à l'UFR ST1, cours par correspondance avec le CTU2 et deux longues périodes d’immersion en entreprise de huit et dix mois. L’année universitaire commence par des cours en présentiel (quatre mois en première année et deux en deuxième année), après quoi les étudiants partent travailler dans la société qui les emploie tout en poursuivant leur formation universitaire en télé-enseignement. Ils suivent leurs cours à distance, ont des devoirs à rendre, et échangent avec leurs professeurs par e-mail ou via des forums. Pour cela, l'entreprise leur dégage deux demi-journées par semaine. Ils étudient la programmation, les réseaux, les tests logiciels, l'algorithmique distribuée et la sécurité informatique3. Motivés, ils ne se montrent guère effrayés par le rythme de travail. « C’est sûr, les semaines sont chargées mais on sait pourquoi on a signé ! » plaisante Corentin Rousselet. « Ces formules d’enseignement sélectionnent des profils qui ont déjà une certaine maturité », souligne Fabrice Bouquet. Cependant, afin de vérifier qu’ils s'adaptent bien à l'enseignement à distance, les étudiants s'y essaient dès le premier trimestre dans le cadre d'un module par correspondance. Si cela ne leur convient pas, ils peuvent poursuivre leur master en présentiel4.

Maximiser le temps de présence en entreprise

À l’UFC, une dizaine d’étudiants profite déjà des avantages de cette formule qui donne la part belle au temps passé en entreprise. La continuité de ces périodes d’immersion permet aussi aux candidats de viser un bassin d’emploi plus large que la Franche-Comté sans être obligés de trouver deux logements. Ils perçoivent une rémunération, y compris pendant les périodes de cours, et bénéficient du double statut d’étudiant et de salarié. « Ça nous responsabilise : on se sent obligé de bien s’en sortir en master », commente Quentin Perrez.

Pour l’entreprise aussi, ce système est avantageux. « L’intérêt, c’est la durée : on peut construire une stratégie et leur confier quelque chose de créatif », explique Nel Taurisson. Sébastien Ribière, le tuteur de Corentin Tournoux, renchérit : « La personne fait véritablement partie de l’équipe et on peut lui donner des projets plus durables qu’à un stagiaire. » François Say, software manager chez Parkéon, ajoute : « Ce sont des individus qui vont prendre au bout d’un an une vraie valeur ajoutée. L’alternance constitue un très bon vivier de recrutement. »

Nel Taurisson désigne un écran d'ordinateur à Corentin Tournoux
Ludovic Godard - UFC

Quentin Perez travaille sur une plateforme qui manipule un énorme volume de données issues des horodateurs pour en extraire des statistiques et les analyser via une interface graphique ergonomique. Il développe un module cartographique permettant de cibler des zones géographiques précises. Corentin Rousselot s’emploie à réaliser des tests fonctionnels pour automatiser au maximum les transactions entre les produits Parkeon et les systèmes d’acquisition bancaire des clients. Corentin Tournoux conçoit des programmes qui servent d'outils à l'intérieur de l'entreprise, pour le développement d’autres logiciels. Sébastien Ribière, qui l'encadre, explique : « Il réécrit certains éléments de code et rédige de la documentation pour en faire quelque chose de plus adapté à nos besoins. »

Des deux côtés, la satisfaction est réciproque. « Quentin est autonome et ne pose pas de souci technique, il comprend et il fait », déclare Judicaël Bully, son tuteur. Les trois étudiants apprécient de pouvoir se former sur des technologies récentes et de ne pas rester cantonnés aux savoirs théoriques. « Je suis content de voir les fruits de mon travail », avoue Corentin Tournoux. « Nos tuteurs sont proches de nous et disponibles. Dans l’open space où on travaille, on peut les solliciter. On participe à toutes les réunions, on est traités comme de vrais salariés », s’enthousiasme Corentin Rousselet.

À l'issue de leurs deux années de formation, les étudiants valideront leur expérience en alternance par le biais d'un mémoire et d'une soutenance avant de partir sur le marché du travail, avec une longueur d'avance.

  1. UFR Sciences et techniques
  2. Centre de télé-enseignement universitaire
  3. Ce master propose deux parcours, l'un orienté sur le développement et l’algorithmique distribuée et l'autre sur le test logiciel. Dans cette branche, les étudiants sont également préparés au passage d'une certification International Software Testing Qualification Board (ISTQB) reconnue dans le monde entier.
  4. Is peuvent également poursuivre en présentiel s’ils n’ont finalement pas réussi à signer de contrat de professionnalisation avec une entreprise.

Contact

Scolarité de l'UFR ST

UFR ST - Sciences et techniques

Une salle de réunion avec des membres de l'entreprise Parkéon, Fabrice Bouquet et deux étudiants.
Portrait de Corentin Tournoux
Portrait de Quentin Perez
Portrait de Corentin Rousselot
Quentin Perez et Judicael Burry devant un ordinateur.