Pendant une semaine, à l’IUT comme à l’armée !
Département Techniques de Commercialisation - IUT de Belfort-Montbéliard

Une semaine comme à l'armée

Ce semestre, une vingtaine d’étudiants de l’IUT Belfort-Montbéliard ont choisi de suivre un module d’enseignement libre un peu particulier… Parmi les nombreux thèmes proposés, ce sont les valeurs de l’armée qui les ont attirés. Volonté, cohésion, confiance et rigueur ont guidé leurs pas pendant une semaine d’immersion au sein du 35e régiment d’infanterie.

En DUT, les étudiants doivent suivre un module d'enseignement libre (MEL)1 par semestre : c'est l'occasion pour eux d’approfondir des connaissances liées à leur formation, de découvrir des notions liées à d’autres parcours, ou de choisir une option culturelle ou sportive. Au 2e semestre, ils avaient le choix entre « maison passive – bioconstruction », « bio-alimentation », « dessin d’architecture », « initiation à l’italien », « cinéma du monde », ou encore « gestion du stress et des émotions », mais c’est le module « préparation militaire découverte » (PMD) qui a conquis une bonne partie des étudiants. Premier palier d’accès à la réserve opérationnelle, ce MEL, comme d’autres types de stages proposés par l’armée de terre, a pour but de plonger les participants dans l’univers militaire, de leur permettre de se dépasser et d’évaluer leur appétence pour la chose militaire.

Vingt-quatre étudiants (dont trois jeunes femmes) ont bénéficié d’une immersion totale pendant une semaine au sein du 35e régiment d’infanterie à Belfort. Conçu autour d’un partenariat entre la délégation militaire départementale du Territoire de Belfort (DMD 90), la 5e compagnie du 35e régiment d’infanterie (RI) et le département Techniques de commercialisation (TC) de l’IUT, le MEL PMD avait pour objectifs « de développer chez les étudiants participants le goût de l’effort et de les initier aux techniques et aux connaissances de base du soldat », explique Xavier Greffoz, enseignant en marketing-vente-négociation au département TC, qui fait également partie de la réserve citoyenne de défense et de sécurité de la DMD 90.

Un concentré de l’ancien service militaire

Cette semaine de découverte, qui s’est déroulée du 27 avril au 4 mai, a été plus qu’intensive pour les étudiants. Premier rendez-vous à la caserne Friederichs de Belfort la veille de la formation, pour un petit-déjeuner d’accueil, l’essayage des tenues et la remise du paquetage. Les choses sérieuses ont commencé le samedi. « Tout un programme a été mis en place, notamment pour apprendre la vie en communauté : une semaine à la caserne dans des chambrées, repas pris au mess du régiment et rations de combat pour les déplacements, entraînement sportif, exercices physiques dès le réveil, suivis de 45 minutes de rangement des chambres, nettoyage des sanitaires et des couloirs… », poursuit l'enseignant. Chaque jour, après le petit-déjeuner, les étudiants suivaient des cours sur l’organisation et le fonctionnement de l’armée, ses grades, ses spécialités, l’état d’esprit patriotique, la découverte de la topographie, de la transmission, et de l’armement français. « Ils sont très vite rentrés dans l'opérationnel avec la préparation de leur expédition sur le site  ils ont dormi une nuit à la belle étoile dans un trou de combat. Un sommeil de courte durée puisqu’ils étaient de garde et devaient se relayer. » Les activités physiques comprenaient entre autres des exercices de tir en simulation et de la nage utilitaire (parcours d’obstacles aquatique). « L’armée, c’est à la fois de la technique, du physique, de la réflexion, du numérique, de la maîtrise. Les étudiants ont par exemple été amenés à construire un brancard avec deux perches et un treillis pour ramener un camarade blessé (une blessure fictive) à la caserne afin que sa jambe soit sauvée. La cohésion de groupe tenait également une part importante dans leur initiation, au travers de l’ordre serré, du repas de cohésion en fin de formation, et de la chanson (chant de section). » Et apprendre à chanter en marchant n’est pas aussi facile que cela en a l’air !

La fatigue et la démotivation ont parfois fait une apparition mais elles étaient attendues, car il s’agissait de montrer aux participants un maximum de choses en un minimum de temps : « Les étudiants se sont retrouvés face à une certaine réalité, que certains n’avaient pas mesurée, car ce n'est pas comme dans un jeu vidéo ! On ne vend pas du rêve mais de la réalité. L'objectif est que les étudiants prennent conscience de ce qu'est la vie d’un régiment, des difficultés, de l’environnement, et surtout, s’ils venaient à confirmer leur choix de poursuivre leur préparation militaire, qu’ils puissent le faire en toute connaissance de cause. » Entre adrénaline, fatigue, dépassement de soi et  soulagement, la semaine s'est terminée par la cérémonie de remise des certificats et des insignes militaires – un glaive sur lequel est gravé « honneur et patrie » –, cérémonie présidée par le lieutenant-colonel Petey, autorité militaire principale (AMP), délégué militaire départemental. Après la restitution du paquetage, il était temps de retourner à la vie civile.

Le lien armée-nation

À la manière des séminaires de teambuilding (que pratique à chaque rentrée le département Techniques de commercialisation), ce MEL favorisait le développement personnel, tant au niveau physique qu’au niveau psychologique et social, avec des activités autour des notions de partage, de goût de l’effort, de travail en équipe. Car l’armée, c’est aussi un « ensemble de valeurs humaines et citoyennes : l’enthousiasme, la volonté, l’écoute et l’implication, le sens des responsabilités, l’exemplarité et l’humilité, la faculté d’adaptation, la hauteur de vue, le patriotisme », commente Xavier Greffoz.

Ce type d’actions de renforcement du lien armée-nation permettant de « se forger une opinion sur l’institution et le métier de militaire en tant que citoyen, et d’éprouver et de confirmer les motivations et l'envie de rejoindre les rangs de l’armée de terre », participent d’une opération de sensibilisation et de valorisation de l’armée, qui veut rayonner autrement et attirer de nouveaux talents. En début et en fin de formation, les étudiants ont d’ailleurs répondu anonymement à une enquête psychosociologique, dont l’analyse et les résultats seront restitués par Iouri Bernache-Assollant, enseignant au département TC et chercheur au laboratoire Psy-DREPI de l’université de Bourgogne. Cette enquête vise à mesurer l’évolution des sensibilités des étudiants à l’égard de certaines valeurs d’engagement, à analyser leurs aspirations et à évaluer leurs envies de poursuivre l'expérience. Sur les 24 étudiants, 17 ont manifesté leur désir de suivre la formation militaire initiale du réserviste (FMIR), qui correspond à deux semaines intensives avec le 35e RI pendant l’été. Dans un an, ils pourraient même intégrer le dispositif Sentinelle, ces soldats qui assurent la sécurité dans les festivals ou dans les gares. Certains veulent même s’engager à l’issue de leurs études.

  • Les modules d’enseignement libres (MEL) sont obligatoires pour les élèves de DUT. Ils sont évalués et donnent droit à deux crédits ECTS.
  • Contact

    Les étudiants en tenue militaire écoutant les instructions d'un responsable de l'armée
    Les étudiants effectuent une série de pompes sur un chemin
    Construction d'un brancard pour transporter un faux blessé
    Séance de simulation de tir
    Le dortoir où ont dormi les étudiants
    Tags