Vue extérieure du bâtiment du CLA
Ludovic Godard - UFC
Auteur 
Delphine Gosset

Une aide pour les étudiants migrants

Qu’ils viennent de Syrie, d’Irak ou de Libye, qu’ils soient demandeurs d’asile ou réfugiés politiques, tous ont pour point commun d’être arrivés en Franche-Comté pour fuir une situation de crise dans leur pays. L’université a décidé de leur venir en aide en leur offrant la gratuité des frais d’inscription dans l'établissement et en finançant leur apprentissage du français au CLA.

Dès l'automne 2015, lors de l'arrivée des premières vagues de migrants, l’université de Franche-Comté (UFC) a engagé avec la préfecture et les collectivités locales des discussions afin d'aider ces personnes qui comptaient parmi elles des étudiants. En effet, si Campus France1 octroie quelques bourses, celles-ci sont réservées aux Syriens et sont loin de couvrir l'ensemble des besoins. À l'UFC, seuls deux étudiants en bénéficient. C'est la raison pour laquelle le conseil d'administration de l'université a décidé de lancer son propre dispositif de solidarité destiné aux migrants déjà inscrits. Un certain nombre de bourses sera ainsi accordé pour financer leurs frais d'inscription dans l'établissement et des cours intensifs ou semi-intensifs de français langue étrangère au Centre de linguistique appliquée (CLA).

À la suite de l'appel à candidatures, plus d'une soixantaine de dossiers ont été déposés. Les candidats viennent majoritairement de Syrie, d'Irak ou de Libye, mais aussi du Yémen, du Soudan, de Mauritanie, du Sri Lanka, du Tibet, d'Égypte, de Palestine, d'Afghanistan, du Kazakhstan et d'Ouzbékistan. Ils sont tous détenteurs d'un baccalauréat ou d'un diplôme de bac + 2 à bac + 8 dans des domaines très variés : sciences, sciences du langage, tourisme, informatique, art, comptabilité… Certains d'entre eux étaient dans leur pays d'origine des professionnels en exercice (médecin, infirmier, avocat, enseignant). Ceux-ci profiteront des cours du CLA pour acquérir la maîtrise du français nécessaire à l'exercice de leur métier. Les autres comptent sur ces cours pour obtenir un niveau suffisant afin de poursuivre leurs études en France.

Un comité de sélection rassemblant des membres de la DRIF, du CLA, du Crous, du service des formations et de la réglementation des études de l'UFC et de l'association Démocratie et entraide en Syrie s’est réuni le 8 décembre. À l'issue des discussions, il s'avère qu'une trentaine de demandes pourront être satisfaites, le CLA ayant octroyé 30 places par semestre de formation3. Le critère principal retenu a été le niveau de français, l'idée étant de faire en sorte que les étudiants sélectionnés puissent intégrer une UFR en septembre 2017 au terme d'un semestre supplémentaire de formation linguistique. Cependant, certains d'entre eux se verront peut-être attribuer une bourse Pôle emploi d'ici fin janvier. Leurs bourses de l'UFC seront alors redistribuées parmi les quinze candidats qui figurent sur liste complémentaire.

L'UFC cherche actuellement une solution pour offrir aux étudiants dont la candidature n'a pas été retenue la possibilité de poursuivre tout de même leur apprentissage du français, en partenariat avec l’association Démocratie et entraide en Syrie qui a reçu une subvention la Région Bourgogne-Franche-Comté.

  1. Agence française pour la promotion de l’enseignement supérieur, l’accueil et la mobilité internationale
  2. Direction des relations internationales et de la francophonie
  3. Il est possible qu'une même personne bénéficie de deux semestres.

Articles relatifs