Portrait de Nicolas Andreff
Ludovic Godard - UFC
Auteur 
Delphine Gosset

Un grand prix scientifique pour Nicolas Andreff et son équipe

La Fondation Charles Defforey - Institut de France a décerné le 30 mai son Grand Prix Scientifique à Nicolas Andreff, chercheur à l'Institut FEMTO-ST et enseignant à l'université de Franche-Comté. Ce prix d'une valeur de 450 000 € récompense non seulement son parcours mais aussi les travaux de ses collaborateurs dans le domaine de la microrobotique médicale.

L'Institut de France a pour mission de contribuer au rayonnement des arts, des sciences et des lettres. Il est composé de cinq académies dont les fameuses Académie française et Académie des sciences1. Il gère également l'attribution de fonds pour le compte de mécènes. Parmi ceux-ci : la fondation Charles Defforey, qui soutient les actions humanitaires et la recherche par l'attribution de prix. Le sujet proposé pour l'appel à projets de son Grand Prix scientifique 2018 était : « Mécanique, robotique et intelligence artificielle ». Une thématique dans laquelle les travaux en microrobotique médicale de Nicolas Andreff s'inscrivent parfaitement.

Ce chercheur à l'institut FEMTO-ST, qui enseigne aujourd'hui à l'UFR ST et à l'ISIFC, a commencé sa carrière à Grenoble. Il s'intéresse alors aux aspects fondamentaux de la robotique (commande de robots par l’image, marche bipède...). Ensuite, entre 2000 et 2009 à Clermont-Ferrand, il participe au développement de méthodes originales de commande dynamique de robots. Des travaux qui visent des applications dans l'industrie manufacturière.

Son intégration au sein de l'institut FEMTO-ST, à Besançon en 2009, marque un tournant dans ses recherches. Il abandonne la robotique industrielle et change complètement d'échelle. En 2012, il crée au sein du département AS2M2 l’équipe Micro/nano-robotique biomédicale (MiNaRob), qu’il dirige depuis. Un véritable pari sur un domaine jusqu'alors très peu exploré en France : l’application des micro et nanotechnologies en robotique médicale. Pari réussi puisque l'équipe, aujourd'hui composée de neuf membres3, acquiert rapidement une réputation internationale.

Micro- et nanorobotique

MiNaRob développe de nombreux projets, à commencer par µRALP, un dispositif robotisé miniature fixé à l'extrémité d'un endoscope permettant d'opérer les cordes vocales et dont le succès a donné lieu à la création d'une start-up : Amarob. µoCS porte sur la chirurgie de l'oreille moyenne, et NemRO sur un système d'exploration du nez permettant d'étudier de manière non invasive les mécanismes physiologiques associés à la maladie d'Alzheimer. L'équipe travaille aussi sur un microscope miniature qui va permettre d'explorer le tube digestif et d'y analyser des tumeurs sans les prélever grâce à un dispositif optique.

D'autres recherches visent le guidage sans contact d'objets miniatures dans des cultures biologiques ou dans le corps, grâce à des champs magnétiques ou électriques. Le projet Mimedi permet de prélever et de trier très rapidement et très précisément des cellules du système immunitaire, pour sélectionner les plus efficaces dans la lutte contre les tumeurs, les cloner et les réinjecter aux patients. Un autre projet consiste à propulser des micronageurs magnétiques dans la moelle épinière. MiNaRob met également au point un système de microdoigts capables de manipuler des objets, qui pourraient servir par exemple dans la chirurgie de l'oreille.

Tous ces travaux sont menés en collaboration avec d'autres laboratoires, avec le centre hospitalier universitaire de Besançon, l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) ou encore l'Établissement français du sang (EFS).

Reconnaissant les compétences de toute une équipe, la fondation Charles Defforey a remis le 30 mai, dans les locaux de l'Institut de France, son Grand Prix Scientifique d'une valeur de 450 000 € à Nicolas Andreff. Cette dotation bienvenue va permettre d'attirer de nouveaux chercheurs au sein de l'équipe MiNaRob et de tester des idées nouvelles que les modes de financement classiques ne permettent pas toujours d'explorer.

  1. L'Institut de France comporte également l'Académie des inscriptions et des belles-lettres, l'Académie des Beaux-arts et l'Académie des sciences morales et politiques.
  2. Automatique et systèmes micro-mécatroniques.
  3. Les membres permanents de l'équipe sont Nicolas Andreff, Michaël Gauthier, Christophe Ferrard, Maryvonne Dulmet, Brahim Tamadazte, Aude Bolopion, Redwan Dahmouche, Kanty Rabenorosea et Patrick Rougeot, auxquels s'associent de nombreux doctorants.

Contact

Articles relatifs