Perinne Clauzel aux JO
Clauzel
Auteur 
Chloé Combet

Retour à l'U-Sports après les Jeux olympiques de Rio

Perrine Clauzel, 22 ans seulement, a vécu ses premiers Jeux olympiques le 20 août à Rio, où elle s'est classée 23e à la course de VTT cross-country. Elle nous raconte comment elle a vécu cette expérience.

Étudiante en 3e année de licence Activités physiques adaptées et santé (APAS) à l’U-Sports, Perrine Clauzel a appris au mois de juin sa participation aux Jeux olympiques de Rio. Passionnée par les réseaux sociaux, elle a eu connaissance de sa participation aux JO via Twitter, lors de la conférence de presse qui annonçait les résultats de la sélection. L'aboutissement d’une régularité et d’une persévérance exemplaire qui en ont fait la meilleure vététiste française de la saison. Perrine Clauzel affiche depuis le début de saison des résultats constants, ce qui lui a permis d'être surclassée et de s’envoler pour les Jeux.

Sept fois championne de France, championne d’Europe, première Française sur les trois premières manches de Coupe du monde (14e à Cairns, 28e à Albstadt et 22e à La Bresse), la jeune sportive alsacienne a déjà montré à maintes reprises ses talents et sa ponctualité. Une chose est sûre, elle aura mérité sa place à Rio1.

Quelle a été ta réaction quand tu as appris ta sélection pour les JO ?

J’avais la pression car pour la sélection, je devais être surclassée en catégorie Élite et j’étais en concurrence avec la championne olympique en titre, Julie Bresset. Cela a été une surprise et un réel soulagement. J’étais heureuse de voir le résultat de mon travail ; rien que ça, c’était déjà une grande victoire. Je me suis surpassée à l’entraînement pour atteindre ce niveau, j’ai profité du contexte et j’ai su saisir ma chance ! Encore aujourd’hui, j’ai du mal à y croire et quand je me dis que j’étais au départ de la course des JO, je trouve ça dingue.

Comment te sentais-tu avant la course ?

J’étais stressée, le niveau était très élevé, la tension électrique. Par contre, je n'ai pas ressenti de pression car je me suis dit « c’est que du bonus, c’est déjà un honneur d’être là ! ». Malheureusement, la course n’était pas très médiatisée donc devant les quelque caméras, je voulais vraiment faire honneur au maillot français.

Raconte-nous un moment en particulier…

Quand j’ai passé la ligne d’arrivée ! J’étais tellement heureuse de finir la course et d’être la seule française à être allée jusqu’au bout, j’étais très satisfaite de ma performance. Ce qui m’a surprise, c'est que malgré le manque de couverture médiatique, le public était là. À l’arrivée, il y avait énormément de monde qui applaudissait et encourageait les vététistes, aussi bien la gagnante de la course que les suivantes, et ce jusqu’à la dernière personne à franchir la ligne d’arrivée. On se sentait vraiment soutenues et portées par les spectateurs. J’ai été très émue de me voir sur les écrans de télévision avec les anneaux derrière.

Qu’en est-il du retour à la réalité ?

Je suis rentrée le 23 août en France et le 29 c’était déjà la reprise à la fac. C’est un voyage qui demande beaucoup d’énergie, aussi bien physique que mentale. J’étais dans une bulle et je vivais un rêve éveillé dans des conditions très professionnelles. Le retour à la réalité a donc été rude. À présent, mon prochain objectif est de préparer la prochaine saison cyclo-cross, les championnats d’Europe fin octobre, les championnats de France en janvier 2017 et bien sûr la Coupe du monde…

  1. Perrine Clauzel était la seule Française à l’arrivée de la course de VTT cross-country. Elle a terminé 23e avec un temps de 12'08''.

Contact

Vincent Peseux
directeur adjoint, référent pour le sport de haut niveau
vincent.peseux@univ-fcomte.fr

U-Sports

Tags 

Articles relatifs