Sportifs de haut niveau de l'UpFR Sports 2017/2018
Aziza Zebbiche
Auteur 
Aziza Zebbiche

L’UPFR des Sports soutient ses sportifs de haut niveau

L’UPFR des Sports développe une véritable politique d'accueil en faveur des 43 étudiants sportifs de haut niveau en leur proposant des aménagements d'études. Témoignage de quatre champions.

Ils sont étudiants et sportifs de haut niveau, en club ou en équipe de France. Au quotidien, ils doivent jongler avec les cours, les entraînements et les compétitions. Ce statut, ils l'ont obtenu automatiquement en étant inscrits sur les listes ministérielles, en étant membre d'une structure labellisée « parcours d’excellence sportive » (PES), ou encore sur décision de la commission haut niveau de l'UPFR1.

Pour ces jeunes sportifs, s’engager sur le chemin de l’excellence nécessite de l'investissement, du temps et de l’organisation. Le statut d'athlète de haut niveau leur permet de bénéficier d’un régime spécial d’études (dispense d'assiduité, régime long d'études ou choix des groupes de travail). Et leur palmarès dans les compétitions nationales et internationales prouve qu’il est possible de réussir dans ses études et de briller sur le terrain. Plusieurs d'entre eux se sont prêtés au jeu et nous racontent leur vie entre la fac, les entraînements et les championnats.

  • Antoine Maigrot, 24 ans, en master 2 Management du sport, est vice-champion de France de marathon (canoë-kayak) en C1 et C2

Une licence Entraînement sportif en poche, Antoine décide de poursuivre en master Management du sport pour travailler notamment dans l’organisation d’évènements sportifs. Il mène de front carrière sportive et études et estime que « les études sont plus importantes que le sport. Elles m’ont permis d’accéder à un niveau sportif supérieur et de durer dans le temps ». Le canoë-kayak n’est pas une discipline dont on peut vivre. Antoine possède cependant une carte professionnelle lui permettant d'être entraîneur. Sa plus grande fierté reste son club, la Société nautique de Besançon : « Il y a un super état d’esprit, les athlètes sont acteurs du club, l’ambiance est sportive et les résultats sont visibles. Cette année, nous terminons deuxième des clubs français, c’est une fierté car on revient de loin. » Une sélection en équipe de France sénior reste son objectif principal en course, en ligne ou en marathon.

  • Thomas Dubois-Dunilac, 18 ans, en licence 1 STAPS, a obtenu la médaille d'argent au championnat du monde de marathon (canoë-kayak) en Afrique du Sud

« Être sélectionné en équipe de France pour pouvoir représenter mon pays au plus haut niveau » : voici la plus grande fierté de Thomas. Du haut de ses 18 ans, il affiche déjà un palmarès remarquable : plusieurs fois médaillé en championnat de France, participation à trois Olympics Hopes dont le dernier en République tchèque en septembre dernier, participation à deux championnats d’Europe et deux championnats du monde. Lorsqu'on le questionne sur sa vie d’étudiant sportif de haut niveau, il avoue que « c’est parfois difficile de concilier les deux, je suis quelque fois très fatigué en cours à cause de l’entraînement et cela devient difficile à suivre, surtout les cours magistraux ». S'il devait donner un conseil aux étudiants qui voudraient suivre cette voie, ce serait « d’y aller à fond, mais il faut quand même s’aérer la tête en sortant de temps en temps ». Thomas devait participer au marathon des gorges de l'Ardèche en novembre, mais cette compétition a été annulée.

  • Clément Jacquet, 18 ans, en licence 1 STAPS, a fini 3e en C1 homme junior lors des régionaux de fond 2017 de canoë-kayak

En seulement trois ans de pratique, Clément relève le défi de se qualifier en équipe de France en se classant 3e au niveau national. Il participe ainsi aux championnats d’Europe et du monde. Sa plus grande fierté, c’est d’ailleurs « d’avoir réussi en peu de temps à rattraper des athlètes qui pratiquent ce sport depuis longtemps, et même à les concurrencer ». Il a choisi l’UPFR des Sports car un aménagement dans ses études est possible. La spécialité Éducation et motricité l’intéresse fortement car elle est liée à son projet professionnel. Sa devise pour arriver à concilier étude et sport : « Savoir faire des sacrifices car cela prend beaucoup de temps ». Clément donne tout pour réussir à entrer en équipe universitaire moins de 23 ans.

  • Loana Lecomte, 18 ans, en licence 1 STAPS préparation kiné, est championne de France 2017 et vice-championne du monde juniors 2017 de VTT

Originaire d’Annecy, Loana pratique le VTT depuis l’âge de 8 ans, en complément du ski de piste qu’elle exerçait l’hiver aux Carroz d’Arâches. Il y a trois ans, elle décide de rejoindre le pôle France VTT pour pouvoir évoluer au niveau national et international. En intégrant la licence 1 STAPS préparation kinésithérapie, elle privilégie ses études au sport pour pouvoir accéder au métier qui lui plaira le plus, mais surtout parce que « c’est très difficile de vivre du VTT lorsque l’on est sportif ». Très intéressée par le milieu sportif, Loana désire s'orienter vers les professions de kinésithérapeute ou de professeur de sport. Pour réussir à concilier études et entraînement, elle pense « qu’il faut être un minimum organisé, mais surtout savoir faire des sacrifices sans se prendre la tête ». L'étudiante apprécie le soutien de l’UPFR des Sports qui « aide beaucoup, notamment pour rattraper les cours ou expliquer davantage », et affectionne l'ambiance au sein du pôle France VTT : « J'y passe d’excellents moment, avec les autres et en compétition ». Sa plus grande fierté, c’est de « réussir à se surpasser ». Loana se voit concilier études et sport « le plus longtemps possible ».

  1. Cette décision est prise après examen d'un dossier complété par l’attestation du conseiller technique régional de la pratique sportive concernée.

Contact

Vincent Peseux
Directeur adjoint des études
vincent.peseux@univ-fcomte.fr

U-Sports

Tags