Les comédiens tenant des fenêtres
Ludovic Godard - UFC
Auteur 
Nourhane Bouznif

Le Théâtre universitaire célèbre la lumière

Les comédiens du TU ont imaginé leur dernier spectacle, Éclats, à la suite de rencontres avec des chercheurs de l'université. La pièce s'inspire ainsi de l'astrophysique, de l'histoire de l'art ou encore de la philosophie pour donner à voir différentes facettes de la lumière.

Les premières notes de la musique d’ouverture du film 2001, l’Odyssée de l’espace résonnent dans le Petit Théâtre de la Bouloie. Sur scène, les comédiens sortent petit à petit de l’ombre, attirés par les projecteurs et les spectateurs. Ensuite, pendant environ une heure, le spectacle offre une déclinaison de scènes qui abordent différents aspects de la lumière, à commencer par la formation de l’univers et de la Terre dans un récit particulièrement vivant. Tout au long de la pièce, les comédiens nous font réfléchir à la place que la lumière occupe dans notre vie. On assiste à une bataille entre scientifiques (la lumière est-elle une onde ou une particule ?), à une simulation de la photosynthèse et à un décryptage du rôle de la lumière dans la peinture. On retrouve également des textes d’auteurs comme Antoine de Saint-Exupéry avec son Petit Prince, ou Edmond Rostand dont le coq chante les louanges du soleil.

Présenté les 11 et 12 juin, ce nouveau spectacle un brin loufoque s’inscrit dans le projet « LUX ! » déployé par le service sciences, arts et culture et l’institut FEMTO-ST, dans le cadre de l’Année internationale de la lumière. « Il est toujours intéressant d’articuler les créations autour de projets universitaires », souligne Joseph Melcore, animateur et metteur en scène du Théâtre universitaire. Cette création est aussi l’occasion de créer des ponts entre théâtre et sciences, ce que le TU a déjà fait par le passé lors de colloques, de pièces ou d’interventions théâtrales. Une dizaine de comédiens de l’association (qui compte une cinquantaine de membres) se sont impliqués dans le travail de création, qui s’est étendu de février à juin.

Concevoir une œuvre théâtrale en commun sur le thème de la lumière a représenté un défi pour le groupe. Pour trouver des idées, les acteurs se sont notamment entretenus avec des universitaires comme Remo Giust, chercheur en optique à l’institut FEMTO-ST, Mohamad Ali Dib, doctorant en astronomie à l'institut UTINAM, ou encore Lucie Vidal, coordinatrice du Gymnase-espace culturel, pour son expertise en art. Ils ont aussi puisé des idées dans leur vie quotidienne, dans des lectures d’ouvrages ou d’articles… Des accessoires de jeu, comme des fenêtres, miroirs, ampoules, cadres de tableaux et téléphones portables, sont venus nourrir l’écriture. « Dans une création collective, le scénario se construit au fur et à mesure qu’on avance et qu’on trouve des matériaux », explique Joseph Melcore. L’enjeu a ensuite été de trouver un rythme, une cohésion à l’ensemble. « Nous avons choisi de partir de l’origine de la lumière avec le Big Bang, puis de montrer comment nous nous inscrivons dans cette histoire du monde et en quoi nous sommes des êtres de lumière, aussi bien d’un point de vue scientifique que philosophique ».

L’équipe présentera de nouveau Éclats (peut-être sous une forme un peu différente) à l’automne lors des Rencontres internationales de théâtre universitaire et de la Fête de la science, point d’orgue de « LUX ! ».

Les comédiens sur scène formant un attroupement
Un comédien fait semblant d'arroser des tournesols
Une étudiante tenant un cadre photo bleu devant elle
Un comédien baisant le bras d'une comédienne qui incarne le soleil
Un comédien, éclairé par de la lumière noire, enlève son t-shirt blanc
Un comédien occupé à allumer et éteindre une ampoule
Les comédiens au centre de la scène tenant un rond blanc sur lequel est projetée une image satellite de la Terre
Tags 

Articles relatifs