Le satellite Gaia livre ses premières données

Céline Reylé, Annie Robin et Jean-Marc Petit, chercheurs à l’institut UTINAM et à l’OSU THETA, participent depuis plus de 15 ans à l’aventure Gaia. Le premier catalogue de données émanant de cette sonde spatiale vient d'être mis à disposition de la communauté scientifique. Céline Reylé explique l'importance de cet évènement.

Jean-Marc Petit, Annie Robin et Céline Reylé devant un ordinateur
Jérémy Querenet - UFC

Le satellite Gaia a été lancé le 19 décembre 2013 avec pour objectif de cartographier une partie de notre galaxie. Un travail colossal puisqu'il s'agit de recenser un milliard d’objets célestes, dont des étoiles et des exoplanètes, en estimant la distance qui les sépare de la Terre ainsi que leur vitesse propre. Si le nombre d'objets à observer par Gaia est exceptionnellement élevé, la précision avec laquelle ils seront localisés le sera tout autant : jusqu’à 7 microsecondes d’arc1.

Céline Reylé, Annie Robin et Jean-Marc Petit ont réalisé des logiciels et des simulations pour préparer les outils de traitement et d’analyse de la sonde spatiale, puis contribué à la vérification et au tri des données publiées dans les catalogues. Le 14 septembre 2016, mille jours après le lancement du satellite Gaia par Soyouz, l'ESA2 et le Consortium Européen DPAC3 ont livré le premier catalogue des données de la mission Gaia.

Les chercheurs du monde entier vont maintenant pouvoir s'emparer de ces données pour les analyser avec pour objectif de lever le voile sur la formation, la structure et l’histoire de la voie lactée.

  1. Soit la taille d’une pièce de 20 centimes vue à la surface de la Lune : une seconde d’arc équivaut à 1/3600e de degré.
  2. European Space Agency
  3. Data Processing and Analysis Consortium

Contact

Céline Reylé
07 62 46 19 82
celine.reyle@obs-besancon.fr

Annie Robin
03 81 66 69 41
annie@obs-besancon.fr

Jean-Marc Petit 
03 81 66 69 29
petit@obs-besancon.fr

Tags 

Articles relatifs