Portrait de David Markezic
Ludovic Godard - UFC
Auteur 
Delphine Gosset

« L’apprentissage se développe dans l’enseignement supérieur »

David Markezic, récemment nommé directeur du CFA Sup Franche-Comté, fait le point sur l’apprentissage à l’université.

Qu’est-ce que l’apprentissage ?

C’est une formule d’enseignement qui permet d’apprendre un métier tout en suivant des cours à l’université. La formation des apprentis s’organise avec une alternance de périodes de cours et de périodes de travail en entreprise (privée ou publique), dans des associations ou encore des administrations. Pendant toute la durée de son contrat, l’étudiant est suivi par deux référents : un tuteur pédagogique à l’université et un maître d’apprentissage sur son lieu de travail.

Quels sont les avantages pour les étudiants ?

Les apprentis acquièrent une expérience professionnelle pendant leurs études. Ils bénéficient d’un statut de salarié, avec un contrat de travail et tout ce que leur accorde la législation en vigueur (congés payés, couverture sociale, etc.). Ils perçoivent une rémunération dont le minimum est fixé selon des normes prenant en compte leur âge et leur niveau d’études. Même si les modalités de la formation sont différentes, le diplôme réalisé en apprentissage a autant de valeur qu’un diplôme classique. D’ailleurs, en entrant tôt dans le monde du travail, les apprentis améliorent leurs chances d’insertion professionnelle. Certains sont même embauchés dans l’entreprise où ils ont été formés.

Qui sont les apprentis de l’enseignement supérieur ?

L’apprentissage s’adresse aux jeunes de moins de 26 ans. Si auparavant cette formule attirait plutôt les jeunes qui étaient moins intéressés par les études, cela n’est plus vrai de nos jours. On trouve chez les apprentis les mêmes profils que chez les étudiants en cursus classique. Ils sont simplement plus motivés à se confronter au monde du travail et cherchent à devenir indépendants plus vite. Cela leur permet aussi de valider rapidement leur orientation professionnelle en vérifiant qu’ils sont bien dans leur filière.

Qu’est-ce que le CFA Sup-FC ?

Le Centre de formation des apprentis de l’enseignement supérieur (CFA-SUP) de Franche-Comté est une association loi 1901 qui a été créée en 2009 et compte aujourd’hui quatre salariés dont une étudiante apprentie. L'objectif du CFA-Sup est de promouvoir et développer ce mode de formation en ouvrant davantage de diplômes à l’apprentissage. Il joue un rôle de coordination entre les apprentis, les entreprises, les établissements d’enseignement supérieur et les institutions : conseil régional, rectorat, chambres consulaires… Il gère également les contrats des apprentis sur le plan administratif et juridique ainsi que la collecte et la redistribution de la taxe d’apprentissage.

Combien de formations propose-t-il ?

Actuellement, 35 diplômes de bac + 2 à bac + 5 sont ouverts à l’apprentissage. Parmi ceux-ci, 30 sont proposés par l’université de Franche-Comté et 5 par le Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) de Franche-Comté qui nous a rejoints il y a quatre ans. Parmi les diplômes « historiques » de l’apprentissage, on peut mentionner le diplôme Gestion et comptabilité qui existe depuis une vingtaine d’années. Le DUT Gestion administrative et commerciale (GACO) de l’IUT Belfort Montbéliard, ou le master Géologie appliquée, pour ne citer que quelques exemples, drainent beaucoup d’apprentis.

Comment décide-t-on d’ouvrir une formation à l’apprentissage ?

Les formations qui peuvent ouvrir à l’apprentissage sont celles dont les contenus sont en très forte adéquation avec les besoins des entreprises locales voire nationales. Elles doivent aussi être organisées en alternance et avoir fait leurs preuves en tant que cursus classiques et éventuellement en contrat de professionnalisation1. Le CFA Sup-FC prépare les dossiers de candidatures. Cela se fait en concertation avec les représentants du monde économique qui sont membres de notre association au même titre que ceux des établissements d’enseignement supérieur. Les dossiers sont soumis à la Région Franche-Comté qui décide d’habiliter ces formations pour l’apprentissage. Cette année, la deuxième année du DUT Génie mécanique et productique de l’IUT Besançon-Vesoul a ouvert à l’apprentissage. L’an prochain, ce sera le cursus d’ingénieur biomédical de l’ISIFC2.  

L’apprentissage se porte-il bien dans l’enseignement supérieur ?

Oui, paradoxalement, alors que la Franche-Comté perd des apprentis depuis 2011 sur les niveaux V et IV (CAP, BEP et bac), le nombre d’inscrits dans l’enseignement supérieur continue d’augmenter. Lors de sa création, le CFA Sup comptait environ 200 apprentis. Il y en a 470 aujourd’hui et ce chiffre n’est pas définitif car des contrats sont toujours en cours de signature. Il y a une réelle demande des entreprises pour des apprentis avec un niveau d’études supérieures et une qualification à forte valeur ajoutée.

  1. Il existe une autre formule d’alternance – le contrat de professionnalisation – qui s’effectue dans le cadre de la formation continue.
  2. Institut supérieur d’ingénieurs de Franche-Comté

Contact

David Markezic
Directeur du CFA-Sup-fc
david.markezic@univ-fcomte.fr
http://www.cfasup-fc.com

Articles relatifs