Un poisson mort, des algues et des déchets sur une rivière.
Ludovic Godard - UFC
Auteur 
Catherine Tondu

L’affaire des rivières comtoises

Pendant son doctorat, Simon Calla s'intéresse à la question de la pollution sous un point de vue inhabituel : celui de la sociologie.

Tout a commencé avec la Loue, puis a continué avec le Doubs, la Sorne, le Dessoubre… Fragilisées par des pollutions en tout genre liées à l’activité humaine, absence d’assainissement dans les communes, métaux lourds dévalant des routes les jours de pluie, pratiques agricoles intensives, mal défendues par un milieu karstique dont les fissures favorisent l’infiltration des eaux polluées, attaquées par des parasites et autres bactéries nocives, les rivières comtoises sortent affaiblies de décennies de combat. Les populations de poissons qui peuplaient leurs eaux sont décimées, l’emblématique truite en tête.

Si les études scientifiques révèlent la fragilité de la Loue dès les années 1970, ce n’est que depuis quelques années que l’affaire, gagnant en ampleur, devient un problème public, aidée par un contexte de sensibilisation aux problèmes environnementaux. Défenseurs de la nature, scientifiques, agriculteurs, industriels, élus, tous ses protagonistes débattent sur la place publique avec la volonté, chacun avec ses moyens, de mettre fin au désastre.

Doctorant en sociologie au LASA de l’université de Franche-Comté, Simon Calla se pose en observateur au cœur de ce forum où se pressent des acteurs toujours plus nombreux. « Certains tentent de connaître la situation, d’autres veulent la maîtriser. » Les rivières deviennent des laboratoires où, avec force capteurs et analyses, les scientifiques cherchent à comprendre le phénomène par un suivi à long terme, un préalable indispensable à l’action.

Mais le temps n’est pas le même pour tous : celui de la science est long, il se heurte à celui du politique qui, lui, est très court, quand les usagers, forcément impatients, souhaiteraient des réponses plus rapides et plus efficaces. « Cela génère nécessairement des tensions. Mais malgré des intérêts parfois divergents et des façons d’opérer différentes, les groupes essaient de se comprendre dans une démarche constructive, relate le jeune chercheur. Les agriculteurs, en tant qu’individus, ne sont par exemple plus les boucs émissaires d’hier, c’est désormais la logique productive qui est pointée du doigt. »

Et chacun prend conscience des limites de la puissance du genre humain lorsqu’il est confronté à celle de son environnement, ici la perméabilité du karst contre laquelle il ne peut rien.

Article publié dans le numéro 259 de juillet-août 2015 du journal en direct.

Contact

Simon Calla
06 79 86 41 45

Laboratoire de sociologie et d'anthropologie - LaSA

Articles relatifs