Les bras d'un homme et un appareil d'hémodialyse
Ludovic Godard - UFC
Auteur 
Catherine Tondu

Des déséquilibres de l'appareil digestif expliqueraient l'état inflammatoire des patients atteints d'insuffisance rénale

L’insuffisance rénale sévère s’accompagne d’un état inflammatoire dû à une activation excessive du système immunitaire. Depuis quelques années, les spécialistes penchent en faveur d’une origine bactérienne à ce phénomène, contrairement aux idées jusqu’alors émises.

L’explication serait à chercher du côté du microbiote et de l’appareil digestif : la flore intestinale d’un patient atteint d’insuffisance rénale serait en effet modifiée au profit de bactéries pathogènes, dont la migration vers le sang serait rendue possible par une baisse d’efficacité de la barrière intestinale.

La deuxième partie de cette hypothèse a été confirmée par une étude menée auprès de 200 transplantés rénaux, pilotée par le Pr Didier Ducloux, chef du service néphrologie du CHRU de Besançon et chercheur au laboratoire Interaction hôte-greffon / tumeur et ingénierie cellulaire et génique. « L’objectif était de regarder si la greffe, en bouleversant la fonction rénale du patient, corrigeait les anomalies constatées chez les insuffisants rénaux traités par dialyse », explique Didier Ducloux.

L’étude montre une nette amélioration de la muqueuse digestive, moins perméable que chez les personnes dialysées, mais n’atteignant toutefois pas les valeurs normales. « On constate que l’activité des bactéries déplacées vers le sang est mieux gérée par l’organisme, mais que leur nombre est toujours aussi important. »

Les analyses se sont focalisées sur une endotoxine présente dans la membrane des bactéries, le LPS (lipopolysaccharide). Des tests classiques ont pointé la baisse d’activité du LPS, l’augmentation du nombre des molécules aptes à l’épurer, parallèlement à la réduction des marqueurs inflammatoires dans l’organisme des patients. Mais c’est une méthode totalement inédite, mise au point en collaboration avec l’équipe du Dr Laurent Lagrost à Dijon dans le cadre du LabEx LipSTIC, qui a permis de quantifier le LPS et de montrer que le nombre de bactéries franchissant la barrière sanguine est le même chez tous les insuffisants rénaux, qu’ils soient transplantés ou dialysés.

L’analyse de la flore intestinale et de la prolifération présumée des bactéries pathogènes qui la composent d’ordinaire font l’objet d’une autre étude, dont les résultats statistiques devraient être connus dans le courant de l’année prochaine, dans le but d’étayer la première partie de l’hypothèse.

Le microbiote intéresse d’autres études encore, dont les conclusions permettront à terme de déterminer si une modification de sa composition, cette fois volontaire et éclairée, par l’apport de symbiotiques notamment, pourrait avoir des répercussions cliniques et diminuer la réponse inflammatoire chez les insuffisants rénaux.

Article publié dans le numéro 267 de novembre 2016 du journal en Direct.

Contact

Didier Ducloux
03 81 61 56 15
dducloux@chu-besancon.fr

Laboratoire Interactions hôte-greffon-tumeur et ingénierie cellulaire et génique

Tags