Une forêt
Ludovic Godard - UFC
Auteur 
Catherine Tondu

Des chênes sur les monts du Jura

La forêt de la Joux est considérée comme l’une des plus belles sapinières de France. Au Moyen Âge, c’était une chênaie. Au temps de l’optimum climatique, les monts du Jura étaient couverts de feuillus, les épicéas et les fiers sapins encore inconnus. L’évolution actuelle du climat ramènerait-elle à cette configuration ?

Les spécialistes, tel François Gillet au laboratoire Chrono-environnement, prédisent la disparition progressive de l’épicéa au profit du hêtre dans les forêts de résineux et les prés-bois de la montagne jurassienne. Le hêtre lui-même ne saura résister à une température et une sécheresse estivale croissantes, et pourrait à terme se voir supplanté par le pin et le chêne pubescent, comme on en trouve en zone méditerranéenne.

Ces prévisions sont issues de simulations numériques à partir d’un modèle développé en partenariat avec l’École polytechnique fédérale de Lausanne, considérant deux scénarios climatiques : l’un qualifié de « réaliste » avec une augmentation de la température de 4°C, l’autre plus pessimiste pariant sur + 8°C. Ils incluent des options de gestion plus ou moins volontariste de la forêt pour des projections plus plausibles, l’intervention humaine étant depuis toujours très étroitement liée aux conditions climatiques. Le remplacement naturel des espèces d’arbres étant un processus très lent, une de ces options est dite de migration assistée : le forestier y anticipe les changements et plante les essences qu’il sait adaptées à un climat plus chaud.

« On voit déjà que le hêtre se régénère mieux que l’épicéa, remarque François Gillet. Il faut encourager cette tendance, car vouloir à tout prix favoriser l’épicéa, même si son déclin n’est pas annoncé avant un siècle, c’est prendre le risque de se trouver plus tard dans une période de transition où il n’y aura plus de forêt du tout. » Les arbres ont une grande capacité à résister aux changements, mais l’évolution du climat est tellement rapide que les chercheurs ne savent pas à quoi s’attendre. « On constate en tout cas que certains arbres souffrent déjà des stress liés aux changements climatiques. »

Article paru dans le dossier « +2°C ?... » du numéro 261 du journal en direct daté de novembre-décembre 2015.

Contact

Laboratoire Chrono-environnement

Tags 

Articles relatifs