Une étudiante avec des lunettes de protection renifle dans un flacon
Ludovic Godard - UFC
Auteur 
Delphine Gosset

Des arômes qui ont du sens

Améliorer le quotidien d’enfants malvoyants grâce à la chimie, voilà l’essence d’un projet étudiant original.

Sans ce projet, la rencontre entre des enfants déficients visuels et un groupe d’étudiants en deuxième année de chimie n’aurait probablement pas eu lieu. C’est pourtant ce qui aura le plus marqué ceux qui ont participé à un exercice pédagogique consistant à fabriquer une batterie de substances odorantes sur le modèle des « lotos des odeurs » du commerce. L’objectif était d’apprendre à de jeunes aveugles et malvoyants à reconnaître des parfums qui pourraient faciliter leur autonomie au quotidien, par exemple au moment des repas ou de la toilette. L’initiative de ce projet tuteuré original revient à deux enseignants de l’IUT Besançon-Vesoul : Colette Redoutey et Jean-Marie Melot, ainsi qu’à Isabelle Kirchner, de l’association Les salins de Bregille qui accompagne les personnes atteintes de déficiences visuelles.

En rendant visite à ces enfants dans leur établissement d’accueil, les six étudiants (Céline Dartevelle, Justine Grosjean, Mélanie Maillard, Jérémy Lamarche, Laura Marchand et Mélanie Morland) ont pu faire eux-mêmes l’expérience des difficultés liées à ce handicap en chaussant des lunettes de simulation. Ils ont également animé un atelier cuisine au cours duquel ils ont été particulièrement impressionnés par la débrouillardise de ces jeunes. « Le contact est très bien passé !» commente Justine.

un loto des odeurs

Pour concevoir ce loto olfactif, ils se sont conformés au cahier des charges qui leur a été confié, choisissant avec soin les molécules à synthétiser. En effet, l’usage de certaines substances pouvait être contre-indiqué. Ils ont ensuite passé beaucoup de temps à élaborer chaque odeur, expérimentant différents procédés de distillation et d’extraction. Leur principale difficulté a été de parvenir à les stabiliser. « Même s’ils n’ont pas une grande expérience préalable de la fabrication de parfums, ils disposent, en fin de DUT, de tout le bagage nécessaire », explique Jean-Marie Melot qui les a encadrés sur les questions de chimie.

Après de nombreuses après-midi de travail, le groupe a finalement réussi à mettre au point une vingtaine d’extraits naturels ou molécules de synthèse, aux fragrances plus ou moins agréables, de la lavande au poisson. Restait à les tester auprès du public voyant et non voyant, ce qui été fait lors des portes ouvertes de l’université et au Centre régional d’enseignement et d’éducation spécialisés pour déficients visuels (CREESDEV). A cette occasion, ils ont même fait traduire en braille l'affiche et les consignes et éléments du jeu.

Le 13 mars, les enfants des Salins de Bregille ont été invités dans les locaux de l’IUT pour découvrir où et comment leur loto avait été fabriqué. « Pour ces enfants qui vivent un peu isolés, c’était une occasion exceptionnelle. C’était la première fois qu’ils rentraient dans une université. Ils étaient enchantés ! Raconte Mélanie. On travaille avec plaisir quand on sait qu'on le fait pour des gens qui en ont besoin », conclut-elle tout en triant ses grains de lavande afin de préparer un nouvel extrait.

Contact

IUT Besançon-Vesoul (site de Besançon)

Plusieurs étudiants en blouse dans une salle de TP de chimie.
Un professeur et des étudiants dans une salle de TP.
Une étudiante en blouse et lunettes de protection égraine de la lavande dans un ballon en verre dans une salle de chimie.
Un ensemble de flacons alignés

Articles relatifs