Un atelier mobile avec des affiches indiquant BAM et différentes personnes souriantes autour d'un plan de travail.
Ludovic Godard - UFC
Auteur 
Delphine Gosset

BAM ! : des idées neuves pour la Bouloie

Le projet BAM ! est lancé. Son objectif : inventer de nouvelles façons d’habiter le campus de la Bouloie en mettant à profit la créativité des artistes et des usagers.

Le campus de la Bouloie, à Besançon, est un territoire très vert doté d’un certain potentiel : avec un peu d’imagination et quelques aménagements, il pourrait devenir un lieu de vie ou de promenade vraiment agréable… Mais ses usagers en ont-ils vraiment conscience ? Le projet BAM ! (comprenez « Bouloie en agitation maximum ») vise justement à introduire de la nouveauté, voire du divertissement dans cet espace, en faisant appel à la créativité d’artistes. Ces artistes ne vont pas travailler seuls, bien au contraire, l’esprit du projet réside justement dans son aspect participatif. Tous les usagers du campus — étudiants, personnels de l’université — mais aussi habitants du quartier de Montrapon, sont invités à y  contribuer en exprimant leurs souhaits et en faisant preuve d’un maximum d’inventivité.

BAM ! va durer trois ans et invitera chaque année des artistes différents en résidence. Le premier collectif sélectionné, Terrains vagues, est composé de trois jeunes graphistes strasbourgeoises, rompues à la pratique d'ateliers avec différents publics. Or, la logique de cette première phase d'expérimentation est justement celle de la collecte d'informations et d'idées. Avec la contribution active du public, elles vont élaborer une carte « sensible » du campus en représentant la façon dont les usagers perçoivent, fréquentent, ressentent et utilisent les lieux.

Pour ce faire, elles organisent des rencontres, recueillent des témoignages et animent une série d'ateliers ambulants en plein air pendant les mois de mars et avril. Elles promènent sur le campus un meuble mobile qui a été réalisé, selon leurs consignes et exclusivement à partir de matériaux de récupération, par deux étudiantes en licence professionnelle Eco-design : Chloé Ledentu et Lucile Viossat. Les passants, intrigués par le meuble et les affiches très reconnaissables placardées partout sur le campus, y compris dans des endroits insolites, sont conviés à participer aux ateliers.

Une carte sensible du campus

Le premier atelier, intitulé « Flux et fréquentation », consiste à indiquer sur des cartes, à l’aide d’un rouleau encreur, ses trajets quotidiens, les zones dans lesquelles on passe le plus de temps, ses trois endroits préférés et trois endroits où on n’a jamais mis les pieds. Le 21 mars, jour de l’inauguration, une cinquantaine de personnes avait déjà fourni sa contribution. Toutes ces cartes seront ensuite compilées en une seule par les artistes. Le second, « Points de vue »,  sera l’occasion de questionner les participants sur leurs raisons d’apprécier ou au contraire d’éviter un lieu. Ces témoignages seront affichés dans les lieux en question. Pendant le troisième, « Projets d'utopie », on recueillera toutes les propositions d’aménagement du campus, même les plus farfelues. Celles-ci seront ensuite matérialisées par des tracés au sol.  

« On sent déjà qu’il y a des no man’s land qui pourraient devenir intéressants si on y installait quelque chose », remarquent Elsa Varin et Ambre Langlois, de Terrains vagues. Tel endroit est agréable, mais on n’y va jamais, faute d’emplacement pour s’asseoir… Pourquoi ne pas improviser des bancs, à partir de matériaux de récupération ? Pourquoi ne pas laisser libre cours à sa créativité pour leur donner forme ? L’idée de BAM ! est justement de faire avec un minimum de moyens, mais un maximum d’idées.

Une restitution du résultat de cette première année d'expérimentation est prévue à l’automne prochain. Le collectif Terrains vagues passera alors le relais à d’autres artistes qui construiront à partir des idées et propositions qui auront émergé et en produiront de nouvelles, toujours dans cet esprit participatif. On passera aussi à l'étape des réalisations concrètes, avec, peut-être, la fabrication de nouvelles installations, le tracé de nouveaux chemins, ou tout autre chose... Qui sait ce qui émergera de cet étrange brainstorming à l’échelle du campus ?

Ce projet est piloté par le service sciences, art et culture (SAC) et le bureau de la vie étudiante (BVE) de l'université, le CROUS de Besançon, l'association Juste ici qui œuvre pour l'art dans l'espace public et la Maison de l'architecture. Il est cofinancé par le CNOUS dans le cadre du projet innovant « L'étudiant(e), un(e) citoyen(ne) engagé(e). »

Contact

Page Facebook de l'évènement BAM !
https://www.facebook.com/bam.b0ul0ie/?fref=ts

Association Juste ici
http://bien-urbain.fr/fr/

Collectif Terrains Vagues
http://terrainsvagues.fr
atelier.terrainsvagues@gmail.com

Lucie Vidal

Bureau de la vie étudiante

Elsa Varin et Ambre Langlois, du collectif de Terrain Vague
Un meuble mobile, des affiches BAM ! et des personnes souriantes autour du plan de travail.
Un meuble en bois avec des roues de vélo qui sert d'atelier mobile.
Les affiches BAM ! imprimées sur des feuilles usagées.
Plusieurs personnes rassemblées autur d'une carte avec des tampons encreurs.
Une carte, des tampons encreurs et des mains en train de montrer un tracé sur cette carte.
Des tampons encreurs et un petit panneau indiquant une consigne.
Tags 

Articles relatifs