Un amphithéâtre où les gens brandissent des papiers, devant des mains tiennent un téléphone portable.
Ludovic Godard - UFC
Auteur 
Delphine Gosset

Au service de l’innovation pédagogique

À l’université, un nouveau service, le SUN-IP, propose aux enseignants des temps d’échanges et des outils pour améliorer leurs pratiques.

« Beaucoup d’enseignants ne maîtrisent pas les nouvelles technologies utilisées par leurs élèves, ce qui génère un véritable malaise. Nous sommes là pour les former et surtout pour les aider à s’approprier de nouvelles pratiques », affirme Christophe Reffay, directeur du service universitaire de l’innovation pédagogique (SUN-IP). Par innovation pédagogique, on n’entend pas seulement l’usage du numérique mais bien toute nouvelle idée ou activité permettant de susciter l’intérêt des élèves et d’améliorer les apprentissages.

Le SUN-IP se veut avant tout un espace d’échanges, c’est pourquoi il organise régulièrement des ateliers de partage de pratiques pédagogiques innovantes (APPPI), dont l’objectif premier est de donner envie aux enseignants de modifier leurs approches. « Établir un catalogue d’innovations ne servirait pas à grand-chose. La relation humaine et les discussions sont essentiels pour amener les enseignants à réfléchir et à changer de posture », commente Christophe Reffay.

Également proposée tout au long de l’année, la parenthèse numérique est un rendez-vous hebdomadaire d’une demi-heure ouvert à qui veut venir s’essayer à un geste technique qu’il ne connaît pas. Il peut s’agir de certains aspects de l’utilisation de Moodle, la plate-forme d’enseignement en ligne de l’université, par exemple.

Des ressources documentaires et un forum de discussion seront mis en place sous la forme d’un blog, à des fins de veille technologique. Les contributeurs rédigeront des dossiers de synthèse accessibles à tous sur une thématique donnée : usage des réseaux sociaux, MOOC, etc.

Si le SUN-IP est un service de l’enseignement supérieur, il n’en demeure pas moins ouvert à tous les autres enseignants, de la maternelle au lycée. Il est logiquement implanté au sein de l’école supérieure du professorat de l’éducation (ESPÉ), lieu de formation des enseignants. Dans ces locaux, une salle de 40 places équipée d’une régie vidéo permettra, dès septembre prochain, de mener de véritables expérimentations pour tester certaines innovations. L’idée est de contribuer à des projets de recherche à long terme, notamment ceux qui sont menés dans le cadre de la fédération de recherche sur l’éducation (FR-EDUC).

Contact

Christophe Reffay
03 81 65 71 08
christophe.reffay@univ-fcomte.fr

Christophe Reffay

Articles relatifs