Prise en charge de la douleur et de la fièvre par les parents

8 Juin 2017

Amandine Lebeau soutiendra une thèse de médecine générale intitulée « Prise en charge de la douleur et de la fièvre par les parents : état des lieux de la pratique de l'automédication chez les enfants de 0 à 6 ans dans le Doubs ».

Plaquette de comprimés
Ludovic Godard - UFC

Une étude observationnelle a été menée au moyen d'autoquestionnaires s'adressant aux parents d'enfants de 0 à 6 ans. Des exemplaires ont été déposés dans les salles d'attente de 11 structures de soins du Doubs (médecins généralistes, pédiatres et PMI), du 1er décembre 2016 au 31 janvier 2017.

L'objectif de cette étude était de réaliser un état des lieux de l'utilisation des analgésiques et antipyrétiques en automédication par les parents d'enfants de 0 à 6 ans dans le Doubs.

Parmi les 391 questionnaires analysés, 85 % des parents pratiquaient l'automédication pour leurs enfants, principalement en cas de fièvre. Dans 83 % des cas, les médicaments utilisés étaient antérieurement prescrits par le médecin. La principale molécule utilisée était le paracétamol. Les AINS étaient dans l'ensemble mal connus mais peu utilisés. L'homéopathie était fréquemment administrée en automédication. La forme sirop était la galénique la plus utilisée en automédication, avec risque d'erreur plus faible avec cette galénique.

Le risque de surdosage dans la population étudiée était plus important chez les plus petits, notamment avec l'utilisation de la forme suppositoire. 16 % des parents citaient des associations potentiellement dangereuses. 51 % des parents disaient utiliser certains médicaments sans crainte, dont 71 % de molécules contenant du paracétamol. Il a été ainsi démontré que les parents ayant plus de deux enfants automédiquaient plus mais de façon plus sûre et avec plus de méfiance vis-à-vis des médicaments que les autres parents. Lorsqu'ils avaient besoin de conseils, 83 % des parents s'adressaient à leur médecin généraliste, 67 % à leur pharmacien.

L'automédication est largement pratiquée dans la population pédiatrique. Les parents ont des connaissances approximatives et perfectibles et ne sont, pour la plupart, pas suffisament conscients de la dangerosité potentielle des médicaments. Le médecin généraliste a donc un rôle primordial de prévention et d'éducation thérapeutique dans ce domaine.

Horaires

16 h

Contact

UFR SMP - Sciences médicales et pharmaceutiques

Lieu

Salle des thèses

UFR SMP - Sciences médicales et pharmaceutiques

19 rue Ambroise Paré
25041 Besançon cedex 3