La mobilité transfrontalière : un catalyseur des territoires locaux en transition ?

13 Novembre 2018

Cet atelier du réseau ACDD (Approches critiques du développement durable) abordera la « transition » des territoires transfrontaliers. Il poursuit l’ambition de croiser les regards pluri- et transdisciplinaires autour des mobilités.

Affiche atelier ACDD
Matière graphique

La « transition » existe-t-elle lorsqu’on vit, séjourne ou travaille de part et d’autre d’une frontière ? Qu’est-ce que cela signifie pour les territoires concernés et pour ceux qui les traversent ? Comment ces pratiques et les réseaux translocaux qui les portent mettent-ils à l’épreuve les démarches de « transition » ? Accélérateurs, inhibiteurs, quel(s) rôle(s) sont portés par les projets transfrontaliers ? En quoi peuvent-ils catalyser un devenir commun des territoires de proximité ?

Partant de ce questionnement, la huitième journée de l’Atelier Habiter la transition du réseau ACDD souhaite interroger les processus mouvants. Les mouvements spatiaux véhiculent bien des dynamiques économiques et démographiques, non sans relations sociales, ni sans effets environnementaux. Dans et au travers des territoires, la mobilité ne cesse de s’étendre. Les déplacements contribuent à un problème devenu global de combustion de l’énergie et soulèvent des enjeux climatiques, mais aussi sanitaires, avec des conséquences sur la qualité de l’air. Le phénomène traverse en permanence les frontières. Si les flux de mobilité et les délimitations préoccupent les scènes politiques et médiatiques, les pratiques transfrontalières sont des gestes de plus ou moins grande distance, fréquence, itinérance, selon les expériences vécues. Leur spécificité est de mettre en relation des territoires et les êtres qui les habitent, en franchissant les seuils et les discontinuités spatiales, politiques, économiques ou culturelles au cœur des trajectoires circulatoires. Entre ancrages et passages de frontières, l’anthropologie s’est intéressée aux démarcations de différentes formes. De nombreuses réflexions ont été menées autour de l’altérité, des réalités segmentées, mais aussi des processus d’acculturation, de cosmopolitisation, d’hybridation et de dynamiques créatives, parfois disruptives, en situations de liminarité.

 La journée est co-organisée par la MSHE Ledoux, le Laboratoire de sociologie et d’anthropologie (LASA), le laboratoire Théoriser et modéliser pour aménager (ThéMA) et le Forum Transfrontalier, avec le soutien de la Communauté du savoir et de la région Bourgogne-Franche-Comté.

 Entrée libre sur inscription (voir contact)

Horaires

De 10 h à 17 h

Contact

Maison des sciences de l'homme et de l'environnement (MSHE) Claude Nicolas Ledoux

Lieu

Salle de conférence