Bronchopneumopathie chronique obstructive agricole

6 Juillet 2017

L'élevage laitier est associé à des pathologies respiratoires parmi lesquelles figure la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) agricole. L'influence des facteurs professionnels sur cette maladie était jusqu'à présent floue et peu étudiée. Anaïs Sautenet en a fait l'objet de sa thèse en médecine du travail.

Des vaches dans un champ
Ludovic Godard - UFC

Anaïs Sautenet a étudié les facteurs de risques professionnels de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) agricole. Dans sa thèse, elle expose les résultats préliminaires du projet de recherche BALISTIC.

L'effectif analysé était issu du secteur de la production laitière. Cent un sujets atteints d'une BPCO agricole ont été comparés à 96 témoins agriculteurs sur leurs caractéristiques professionnelles afin de déterminer les facteurs de risque de BPCO agricole. Ces 2 groupes ont été recrutés de façon prospective, dans le cadre de l'étude BALISTIC, entre septembre 2011 et août 2015 par le biais d'un dépistage spirométrique réalisé en partenariat avec la mutualité sociale agricole et la fédération des maisons de santé comtoises. Les caractéristiques professionnelles des deux groupes ont été collectées à l'aide de questionnaires professionnels qui reprenaient toutes les caractéristiques techniques des exploitations, ainsi que les tâches réalisées par les sujets.

La comparaison des deux groupes n'a pas permis de mettre en évidence de différences sur la situation professionnele actuelle, les caractéristiques de la ferme, la taille de la ferme, le mode de conditionnement des fourrages, les compléments d'alimentation utilisées, les tâches effectuées qui, potentiellement, exposent aux particules organiques, ou les moyens de prévention utilisés.

Les critères de modernité des fermes, comme l'utilisation d'une stabulation libre, d'un couloir central d'alimentation, le séchage artificiel en grange, les systèmes de ventilation ou les maisons d'habitation séparées qui, dans la littérature, ont fait leur preuve comme étant des facteurs protecteurs de la BPCO agricole, n'ont pas été retrouvés comme étant significatifs dans l'étude. Il semblerait que la BPCO agricole ne soit pas une simple pathologie toxique mais une pathologie plus complexe incluant des expositions à des micro-organismes, possiblement un terrain prédisposant et une réponse immunologique IgE médiée.

Horaires

11 h

Contact

UFR SMP - Sciences médicales et pharmaceutiques

Lieu

Salle des thèses

UFR SMP - Sciences médicales et pharmaceutiques

19 rue Ambroise Paré
25041 Besançon cedex 3

Tags