Archéologie : quoi de neuf dans la haute chaîne du Jura ?

15 Juin 2018

Animée par Vincent Bichet, enseignant-chercheur en géologie, et Valentin Chevassu, doctorant en archéologie à l’université de Franche-Comté, cette conférence apportera un nouveau regard sur l’histoire de l’occupation humaine du massif jurassien depuis l’Antiquité.

Affiche conférence archéologie Pontarlier
Estelle Franc

La haute chaîne du Jura, au-dessus de 850 m d’altitude, est considérée depuis deux siècles par les historiens comme un vaste « désert forestier » dont l’occu­pation tardive ne débute qu’à partir du XIIe siècle et l’essor du monachisme à travers le massif. Peu de découvertes archéologiques antérieures au Moyen Âge central y ont été faites ce qui cautionne cette hypothèse.

Pourtant, l’étude des archives sédimentaires collectées dans les tourbières et les lacs de cette région par les paléoenvironnementalistes depuis quelques années révèle un scénario différent, illustrant un paysage anthropisé où se mêlent pratiques agricoles et espaces forestiers depuis la Protohistoire. Pour tenter de réconcilier les approches historiques et naturalistes, et documenter avec plus d’acuité l’histoire de l’occupation du massif jurassien depuis l’Antiquité, un programme de recherche universi­taire, mené par le laboratoire Chrono-environnement, est engagé depuis trois ans dans le haut Jura central.

Des méthodes modernes de prospections géophysiques terrestres et aéroportées sont mobilisées en complément de travaux de fouilles archéologiques sur le terrain. Ces recherches conduisent à un nouveau regard sur ce territoire où les paysages d’altitude apparaissent comme un espace de ressources naturelles et de circulation favorable à l’implantation précoce des communautés humaines.

Horaires

20 h

Contact

Laboratoire Chrono-environnement

Lieu

Musée de Pontarlier, 2 place d'Arçon, Pontarlier